logo Le moteur de recherche de la télé

Denis Podalydès, pour l'amour du jeu


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 9h20 sur France 5

– Son frère, au rang de qui j'ai succédé moi-même !
– D'accord. Très bien. C'est bien... C'est très bien que ce récit t'ait... Qu'on sente que tu n'es pas...
– Moi, sur cette première scène, j'ai été découragée du début à la fin. Il a voulu arriver à une scène directement montée, avec des trajets très précis, au lieu de nous laisser chercher. C'était trop rapide pour nous.
– Amoureux de sa maîtresse.
– Bon, ily a des jours comme ça. En plus, c'est une des scènes les plus difficiles. Tant pis. Parfois, on se rate. Les uns les autres.
– Il a besoin aussi de se planter pour pouvoir rebondir. Parfois, ça arrive tard. Sur "Scapin", très tard. 4 jours avant la première, on a tout changé : un costume au lieu de quatre... C'est vertigineux.
– Tout à tour scénariste et acteur, Denis navigue aisément entre le cinéma d'auteur et les films grand public. Acteur fétiche de son frère Bruno, il en est le double à l'écran, en quelque sorte. Il peut aussi se métamorphoser de façon stupéfiante, de Jean-Paul Sartre à Nicolas Sarkozy.
– Je dois être le premier des ministres. Chirac m'a mis ici pour me flinguer. Il pense que je vais me carboniser. Mais je serai pas une cible immobile. Sinon je vais me faire allumer. Soyez mobilisés nuit etjour, en ayant toujours un coup d'avance.
– Mais c'est au théâtre que Denis a joué ses plus grands rôles. 505e sociétaire de la Comédie-Française, il a incarné les plus grands personnages du répertoire classique. Son travail de metteur en scène est aussi reconnu par la profession. En 2007, il reçoit le Molière pour son "Cyrano de Bergerac".
– "Ce nez, il faudrait que je me l'amputasse." Amical: "Il doit tremper "dans votre tasse. Pour boire, faites-vous fabriquer "un hanap." Descriptif : "C'est un roc, "c'est un pic, c'est un cap. "Que dis-je ? C'est une péninsule !"
– Un spectacle dont il avait confié le décor à Eric Ruf, et les costumes à Christian Lacroix. Les mêmes créateurs qu'il a choisis pour "Le triomphe de l'amour".
– Mais même comme ça...
– Qu'on puisse les retirer... Pas jusqu'en haut. Oui, c'est bien, ça.