logo Le moteur de recherche de la télé

Denis Podalydès, pour l'amour du jeu


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 9h20 sur France 5

– Tu dois en venir à ça plus clairement.
– "J'ai la solution : vous devez aller lui parler."
– Il fallait vraiment léguer, laisser à ces jeunes gens un sens de l'observation des textes. Ne pas prendre les textes ne pas se prendre à la légère, tout en étant évidemment plein de fantaisie.
– Voilà ! Ca, c'est bien, ça détend. Et encore... Ouais, c'est ça ! Tu peux presque lui attraper la main, il peuty avoir un jeu...
– Le point commun entre Jean-Pierre et Denis : un travail très sérieux avec une jubilation enfantine. Jean-Pierre, c'est... Il apprend à ce qu'on ne pense pas qu'à notre personnage, mais à la situation, à une époque, une société, des rapports sociaux, une politique... Qu'on se serve de tout ça pour mettre en scène. Il avait cette façon de réconcilier totalement cérébralité et incarnation. Ca, je lui en suis très reconnaissant. Ça a énormément nourri le metteur en scène en moi qui. à chaque scène que je travaille, parce que c'était lui, le premier... Je me dis : "Qu'en penserait Jean-Pierre ?" Il ne sait plus où il en est. Profites-en pour introduire le virus de la jalousie.
– Ce que je leur donne ou essaye de leur donner, c'est quelque chose qui met les humains en action, en contradiction, en lutte. Comment on scrute ça dans un texte, mot après mot, phrase après phrase, virgule après virgule, point après point.
– Vous êtes donc des femmes ?
– Je suis au désespoir.
– Avec le mépris de tous les efforts qu'on faisait. Ils rient. Bruitage de tonnerre.
– Alors, à la fin de ça... Pfuit ! Tu t'enfuis.
– Je viens demander du secours contre mon amour. Vous avez avoué que vous m'aimiez!
– Ily a des pas de côté inutiles, des ajustements qu'on fera dans le décor. Et toi, tu fais du sport?
– Non, non.
– Tu cours, non ?
– Que non !
– Tu nages, peut-être ?
– Même pas.
– D'où vient ce changement si subit ? Ce n'est point Phocion...
– "Ha ha !" Et à ce moment-là... Tu te transformes en ça. C'est bon pour aujourd'hui, non ? Alors, à tous, d'abord, je vous dis merci. Je sors de ce filage plutôt satisfait. On a le temps à Amiens de bien construire.