logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 5h25 sur France 5

– On n'arrive pas à donner aux générations qui vont porter la dépendance de leurs aînés. Cela pourrait accélérer la solidarité inter générationnelle. Mais on vit dans un pays où beaucoup de gens n'ont pas grand-chose à transmettre, où ils ontjuste assez pour vivre.
– A. de Tarlé : L'OCDE s'inquiète du fait que les classes moyennes soient écrasées. L'une des pistes, ce serait de moins taxer le travail et davantage le capital. Le capital, c'est la maison, ce que l'on donne à ses enfants... C'est ce vers quoi il faut aller?
– V. Dreuzet: Le représentant syndical que je suis dirait qu'il faut aussi s'intéresser aux salaires et aux revenus en amont de tout cela. On a un revenu médian de 1.700 euros en France. Quand ily a des dépenses contraintes de logement ou d'impôts qui augmentent, on a des problèmes de pouvoir d'achat. Ensuite, sur les droits de succession, c'est intéressant de voir que cela reprend les grands principes libéraux au sens philosophique du terme. Ils ont toujours dit qu'il fallait taxer les successions pour réussir par son travail et non pas par l'héritage de ses parents. Ce n'est pas vraiment la situation qu'on a en France... Si on veut réduire les inégalités et empêcher la succession d'une rente, il faut un impôt approprié. Aujourd'hui, on peut déjà donner 100.000 euros à chacun de ses enfants tous les 15 ans, mais tout le monde ne le peut pas. Et en bout de course, ily a les successions... Mais il n'y en a qu'un quart qui sont imposables. Le taux moyen de succession, c'est 5%. C'est très faible, du fait des mécanismes d'abattement. Une des pistes, mais qui ne semble pas être envisagée, ce serait de plafonner
– A. de Tarlé : On retiendra qu'on veut alourdir les taxes sur les successions.
– M. Plane : Notre Président est libéral.
– A. de Tarlé : Gabriel Attal porte une mesure qui consiste à déshériter ses enfants, afin que les plus grandes fortunes puissent faire don de leur patrimoine à des associations...
– M. Plane : C'est encore autre chose. On a cette philosophie en France où on ne peut pas déshériter ses enfants.