logo Le moteur de recherche de la télé

Cyclisme


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 12h55 sur France 3

capture
–  M. Rousse : Yves Lampaert fait un gros forcing. blanche au sein de l'équipe Deceuninck-Quick-Step, mais il faut se plier aussi à la force collective de cette équipe.
– L. Jalabert : Dans cette équipe, le leader, c'est avant tout celui qui attaque le premier, il faut qu'un coureur de la formation soit le premier sur le podium. C'est là leur force, ils essaient de se mettre les uns au service des autres. Et Gilbert n'est pas en reste, il a souvent contribué au succès des Alors c'est un juste retour d'ascenseur.
– M. Rousse : La clef de la réussite c'est de pouvoir faire cohabiter autant de grands champions ensemble. Parfois, quand vous faites une équipe et que vous mettez beaucoup de champions, après il faut avoir des champions qui font la course d'équipe. Chez Deceuninck-Quick-Step, on ne se pose pas la question, ça marche!
capture
– A. Pasteur: Marc Sarreau va être repris par un coureur de la formation Astana qui est parti en contre. Dommage.
– L. Jalabert : Ça s'est fait à la pédale, en costaud.
– A. Pasteur: Rien à regretter, effectivement. Elles ne sont jamais bien longues, les parties de transition.
– L. Jalabert : Seconde après seconde, l'écart se creuse.
– A. Pasteur : Trente-six secondes d'avance. On fait le point avec Thomas...
– T. Voeckler : C'est parti pour la victoire pour ces six hommes de tête, selon moi. Les relais passent parfaitement, ce sont des favoris, ça va s'expliquer entre grands champions.
Je vois Philippe Gilbert qui n'a même pas encore enlevé son Quand on arrive à être encore couvert comme ça à 50 kilomètres de l'arrivée... Ça veut dire qu'il n'est pas encore à 100%. Mais tous les coureurs de cette échappée me font une belle impression, à part Nils Politt, qui a donné quelques signes de faiblesse. Pour moi, la victoire se jouera parmi eux.
capture