logo Le moteur de recherche de la télé

Cyclisme


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 12h55 sur France 3

capture
–  T. Voeckler : C'est la guerre dans le peloton avant la tranchée! Tout le monde veut se placer. On y est dans 2 kilomètres. Et les 500 premiers mètres de la tranchée ont été rénovés. Les pavés ont été replacés mais la difficulté reste la même. C'estjuste qu'on a enlevé un peu de dangerosité car il y a moins d'herbe. Comme le disait Laurent, c'est le troisième départ de Paris-Roubaix. Jusque là, ça n'a pas débranché. Je ne sais pas comment les coureurs vont finir la course car, vu l'énergie qu'ils ont mis depuis le début, je ne sais pas comment ils
– A. Pasteur: Et il y a un homme résigné, c'est Alexander Kristoff, presque 2 minutes de retard...
– L. Jalabert : Il ne reviendra plus. La course n'a jamais débranché.
– A. Pasteur: Et parmi les grands favoris ce matin au départ, à part Kristoff qui manque à l'appel, pas grand monde...
capture
– L. Jalabert : Il me semble qu'il manque Silvan Dillier.
– M. Rousse : Tous les coureurs ont fait une reconnaissance dans ce premier secteur de la Trouée d'Arenberg. Même si on a rénové la première partie, il serait même plus dur! C'est moins glissant mais l'herbe atténuait un peu, avant, la dureté des pavés, ce n'est plus le cas.
– A. Pasteur : Et ça tape toujours autant, c'est la constatation de tous les coureurs lors des reconnaissances cette semaine.
– L. Jalabert : La particularité d'Arenberg, c'est qu'on y arrive très vite, en légère descente, au terme d'un kilomètre de ligne droite. On arrive à plus de 60 km/h et la transition est brutale!
– T. Voeckler : C'est impressionnant... De voir le peloton, comme ça, sur toute la largeur de la route... Les coureurs se battent pour être à l'avant. Et c'est impressionnant de voir la tranchée... C'est un faux-plat descendant au début, avec une vitesse très élevée, au-delà des 60 km/h pour la tête de course.
– A. Pasteur: Et c'est l'équipe Trek-Segafredo qui va entamer en tête la traversée de
– L. Jalabert : Oui, il faut faire attention, on a vu ici par le passé des accrochages, des chutes.
– A. Pasteur : Et c'est Van Avermaet qui est en tête, le vainqueur de Paris-Roubaix il y a deux ans.
capture