logo Le moteur de recherche de la télé

Marathon


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 8h00 sur France 3

– On voit le différentiel qui sépare Clémence des filles de tête.
– P.Sallet: Pour fournir de l'énergie au corps humain, vous avez plusieurs systèmes qui se mettent en place. L'un d'eux est basé sur les glucides
– Alexandre Boyon : C'est la croix et la bannière pour la Suisse dans ce marathon. Nous avons un petit problème technique. J'espère que vous nous entendez. On a beaucoup parlé du trou noir. On le visualise très bien actuellement à l'écran.
– Stéphane Diagana : Florian Carvalho est arrivé premier. On est sur des bases de 2h10. C'est très bien, à 17km de l'arrivée.
– P-E.Léonard: Tout reste possible dans cette stratégie de course. C'est la fin de course qui va faire la différence.
– Alexandre Boyon : Place de la Concorde, les derniers s'élancent. Ce sont des groupes qui veulent réaliser un chrono de 4h30. On a l'occasion de se retrouver en bas des Champs-Elysées, sur la rive gauche. On ne la traverse jamais dans le marathon. On découvre la Chambre des députés.
– David Chanteranne : C'est le Palais-Bourbon qui est devenu C'était le corps législatif. Depuis la 3e République, elle accueille les députés au coeur de l'Assemblée nationale. On aperçoit le pont Alexandre III, puis les Champs-Elysées qui se découvrent avec l'Arc de Triomphe.
– Stéphane Diagana : Il reste 2 sas à faire partir.
– David Chanteranne : On aperçoit les 2 anciens cirques devenus maintenant des lieux de théâtre. La Seine se découvre avec la tour Eiffel au loin. Au fil de la Seine, on est à proximité de la tour Eiffel. En face, le Palais du Trocadéro. Il a été inauguré à l'occasion de l' Exposition universelle.
– Alexandre Boyon : On a eu des petits problèmes techniques. On revoit l'arrivée de Heinz Frei. Nous sommes avec les filles. Tout est rentré dans l'ordre. Ce serait bien que l'on nous règle l'antenne. Merci. C'est compliqué de commenter un marathon sans voir les épreuves. Clémence Calvin tente de s'accrocher pour aller chercher le chrono
– Stéphane Diagana : C'est très bien parti à ce stade de la course. Sa foulée est assez rasante. Elle l'avait dès le début. Ce n'est pas un signe de dégradation, c'est sa façon de courir.