logo Le moteur de recherche de la télé

Marathon


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 8h00 sur France 3

– Elle a un débardeur et une sous-couche technique à manches longues. Elle supporte moins bien le froid.
– Alexandre Boyon : Devant, chez les garçons, il y a du mouvement, Pierre-Etienne.
– P-E.Léonard: C'est pas double vainqueur du titre qui s'impose. Il y a 3 athlètes en tête. Il fait l'effort pour venir Il est collé au rythme des lièvres. Il ne fait aucun effort, il se met à l'abri du vent. Ce groupe de tête commence à s'étirer. On a passé le semi et là, la course se joue véritablement.
– Alexandre Boyon : Il y a Milaw avec son T-shirt Il a gagné le marathon dont celui de Nice/Cannes. C'était des conditions pas faciles. Il vaut nettement mieux que le chrono qu'il a réalisé
– Stéphane Diagana : Surtout quand on franchit le cap d'Antibes, quand on se lance sur la voie ferrée. Donc à Paris, on parcourt plus facilement l'ensemble, même s'il y a quelques passages compliqués.
– David Chanteranne : On peut aussi découvrir des villes mythiques, notamment avec les Nuits blanches de Saint-Pétersbourg.
– Alexandre Boyon : La Venise du Nord, c'est Bruges ou Saint-Pétersbourg?
– David Chanteranne : Il y en a une qui est plus ancienne. Pierre Le Grand avait voulu faire sa capitale, d'où le nom qui va marquer l'apparition de ces bâtiments, dans un pays plutôt tourné vers l'Asie, A partir de Pierre Le Grand, il devient plus européen.
– P.Sallet: Les coureurs prennent des boissons préparées et d'autres prennent simplement de l'eau. Ces boissons essayent d'être isotoniques, c'est-à-dire que les minéraux qu'elles contiennent doivent avoir un meilleur transfert vers l'organisme du coureur. C'est le niveau de dilution.
– Alexandre Boyon : Encore 3km et Julien Casoli arrivera à avenue Foch, après sa longue chevauchée en solitaire. Il y a un abandon à l'arrière chez les garçons, Pierre-Etienne.
– P-E.Léonard: Un athlète vient de quitter le groupe de tête.
– Alexandre Boyon : L'équipe de France Ils sont tous présents, avec Florian Carvalho.
– Stéphane Diagana : C'est étonnant de les voir aussi alignés. C'est peut-être qu'il y a du vent de face. Personne ne veut le subir à part celui qui est devant. Ou alors c'est parce qu'il y a un petit écart qui est en train de se creuser en termes de rythme, mais ils sont vraiment en file indienne.