logo Le moteur de recherche de la télé

Marathon


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 8h00 sur France 3

– Cela sera refait également sous la III République. Ça redevient à la mode à la la fin du XIXe siècle.
– Alexandre Boyon : Au 18e kilomètre, on est effectivement près de Charenton. On arrivera bientôt au semi Les filles sont là et derrière sur la moto, il y a Marie Mamère avec eux toujours ces 55 000 participants.
– M.Mamère: On est à l'opéra. Je suis avec Patrick qui va nous raconter son marathon, depuis le début. Comment ça se passe?
– C'est bien organisé. C'est clair et facile. Ça descend.
– M.Mamère: C'est votre 1er marathon?
– C'est la 15e fois que je fais ce marathon. Mon objectif est de faire 3h30
– M.Mamère: Comment vous êtes-vous
– Ça fait 3 mois que je me prépare. Ça va, je suis content de le faire. Il fait beau.
– M.Mamère: Pas trop froid?
– Non. Ça va.
– M.Mamère: Merci.
– Stéphane Diagana : On ne va pas trop le retarder quand même.
– Alexandre Boyon : Ça fait quand même du 13km/heure. Ça va vite. Quand on part sur 3mn/km, c'est 18 secondes au 100m de moyenne. Ce n'est pas rien.
– Stéphane Diagana : Aujourd'hui, on voit des temps autour des 2 heures chez les élites hommes. Pendant très longtemps, la barrière des 2h10, c'était une vraie barrière. Il y a un universitaire américain de l'Indiana qui a travaillé sur ces barrières horaires. En 1995, 3 coureurs africains et 15 coureurs sont passés sous la barre En 2015, on a 140 coureurs dont 133 Africains. C'est 80% de l'élite.
– Alexandre Boyon : Même plus, c'est 95%.
– Stéphane Diagana : C'est toujours une rencontre d'un environnement et d'une culture. Que ce soit un environnement au niveau culturel ou naturel. La génétique est aussi importante, mais d'avoir également des modèles d'identification et un mode de vie particulier, c'est important. Des enfants de 15 ans ne peuvent pas être les mêmes au Kenya et chez nous. Dès 5 ou 6 ans, ils ont l'habitude d'aller à pied à l'école sur 5km.
– Alexandre Boyon : Nous somme de retour sur le marathon de Paris. 43e édition. De la couleur, du spectacle et un rythme qui s'accélère. La course va véritablement débuter après le 25 ou 30 kilomètre. On est dans les rues de Paris. Ces anonymes battent le pavé avec beaucoup de plaisir.