logo Le moteur de recherche de la télé

Marathon


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 8h00 sur France 3

– Et puis, c'est le début de la Révolution. Le 14juillet, il n'y avait que 7 détenus qui ont été libérés. Elle a été détruite dès le lendemain. C'est un lieu de réunion, de manifestations politiques, on l'a vu récemment. Les défilés qui viennent de République s'arrêtent à la Bastille. L'opéra a pris la place de l'ancienne gare. Et le 14 juillet, ça n'est pas la prise de la Bastille qu'on fête chaque année, mais la fête de la Fédération qui a suivi l'année suivante, en 1797. Et cela a réuni l'ensemble des Français autour de leur fête nationale.
– Alexandre Boyon : Pierre-Etienne avec un petit phénomène est en train de craquer. Il est distancé. On le voit en souffrance.
– P-E.Léonard: C'est le premier à craquer dans le groupe des favoris. Il s'est mal ravitaillé et il a perdu une quinzaine de mètres. Il a pris une vingtaine de mètres de retard. C'en est fini de ses ambitions pour remporter le marathon de Paris.
– Stéphane Diagana : Il y a de petites explications à ça. Il y a un vent de folie quand on a passé le kilomètre 7. On est sur des bases de 2h03. C'est bien au-dessus. Sur ce parcours assez exigeant, c'est bien au-dessus du rythme attendu et du record de beaucoup de coureurs.
– Alexandre Boyon : Je parle sous vos regards, Messieurs. Avec ce détour par l'opéra qui fait perdre facilement 20 secondes depuis le début. On est parti sur des bases extrêmement rapides.
– Stéphane Diagana : C'est pour ça que ça s'étire très tôt.
– Alexandre Boyon : Pendant ce temps-là, les jardins de Victor Hugo.
– David Chanteranne : C'est la place des Vosges, la plus ancienne de Paris. C'était le 1er département à avoir contribué à l'impôt, notamment dans les environs de Remiremont. C'est la plus ancienne place de Paris. C'est là qu'a eu lieu notamment la mort d'Henri II. Maintenant, c'est un lieu de villégiature pour les Parisiens car on vient ici l'année, s'y promener, s'étendre sur les espaces C'est un style Louis XIII avec les maisons en briques rouges . Et aussi la maison de Victor Hugo qui est à proximité.
– Alexandre Boyon : C'est aussi un désordre de Paris où le m2 est le plus cher.
– David Chanteranne : On retrouve le même style du côté de Charenton et qui est à peu près de la même époque.