logo Le moteur de recherche de la télé

20h30 le dimanche


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 20h30 sur France 2

– Bonsoir Jérôme Commandeur, on est très heureux de vous avoir avec nous ce soir. Magnifique bande-annonce, c'est une création originale, légèrement inspirée de celle d'un chanteur?
– J. Commandeur : Oui, j'ai vu ça, ça m'a fait rire, je me suis dit que je pouvais me mettre à sa place...
– L. Delahousse : Vous en parlerez tout à l'heure avec notre invité, qui s'est régalé de tout cela sur les réseaux sociaux. Vous le voyez, on vous a même préparé un piano pour votre duo de ce soir!
– J. Commandeur : On ne m'avait pas dit que je ferais un duo avec lui!
– L. Delahousse : Alors, vous avez dix minutes pour vous préparer... On peut aussi écouter quelques notes de musique... "Happy Birthday to you".
– L. Delahousse : Bon anniversaire, Jérôme Commandeur! Vous avez fêté cela sur scène vendredi au Casino de Paris, avec votre public? Ça se passe plutôt bien pour vous!
– J. Commandeur: Merci... Oui, c'est vrai, on attend toujours de faire de grandes salles pendant très longtemps et là, ça y est. prochain et je vais passer toutes les fêtes à l'Olympia.
– L. Delahousse : Votre spectacle s'intitule "Tout en douceur", vous revendiquez un humour cash, corrosif mais en douceur...
– J. Commandeur : Je pense que l'humour, cela doit bousculer, grincer, interroger. Mais à la fin, j'aime bien que les gens ressortent ensemble. Le côté "une tape, une caresse"...
– L. Delahousse : Vous n'avez pas ce petit puIl en mohair sur scène. Vous êtes plus en costume sombre avec un noeud papillon... L'idée qu'on peut être chic mais en envoyant, quand même?
– J. Commandeur : Oui, j'aime bien l'idée de s'habiller quand on est en représentation, sur scène. Comme ça, les "horreurs" passent plus facilement.
– L. Delahousse : Jérôme, on vous retrouve dans quelques minutes pour cette rencontre très attendue avec notre invité qui sera ce soir confronté à la fresque de "20h30 le dimanche". On y retrouve Strasbourg, sa ville de coeur, là où il a grandi et où nous l'avons suivi cette semaine... Un visage, celui de Zidane, l'un de ses héros... Le football, sa première passion et ce rêve d'enfance de brandir un jour la Coupe du monde.