logo Le moteur de recherche de la télé

Vivement dimanche prochain


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 15h35 sur France 2

capture
–  M. Drucker: Moi aussi, je fais canapé tous les dimanches. Suzana arrive dans votre vie, à quel moment vous découvrez qu'il a ce handicap? Comment vous réagissez?
– S. Sabino : Au deuxième message qu'il m'a envoyé sur ce site de rencontres, il me décrit tout son handicap. Moi, je n'étais pas partie pour rencontrer l'amour de ma vie, je voulais trouver des amis doncje me suis dit: pourquoi pas faire des sorties avec une personne handicapée? Petit à petit, on s'est rendu compte qu'on s'aimait. Un jour, je suis arrivée chez lui avec un gros bouquet de roses
– M. Drucker : Car vous êtes fleuriste.
– S. Sabino : J'ai travaillé dans un entrepôt de fleurs.
– M. Drucker : Vous aviez deux métiers.
capture
– S. Sabino : J'étais toute seule avec mes trois filles, il fallait faire bouillir la marmite. J'étais soigneuse de chèvres et, dans mes heures de pause, je faisais des bouquets de fleurs dans un entrepôt.
– P. Croizon : Et après, quand elle avait un peu plus de temps de pause, elle venait me voir.
– M. Drucker: Et puis, vous devenez aidante.
– S. Sabino : Sans le savoir...
– M. Drucker : On n'a jamais autant parlé des aidants, il y en a 8 millions en France.
– S. Sabino: 11 millions, même. Ce sont des personnes qui sont totalement invisibles, qui n'ont pas de statut donc pas de droits. Un aidant peut s'engager toute une vie auprès d'une personne proche et ne pas cotiser pour la retraite. Quand il se retrouve à la retraite, il n'a rien du tout. challenge.
– P. Croizon : Euh, sans membre...
– M. Drucker : Disons sans bras.
– S. Sabino : C'est pour ça, le titre du livre "Ma vie pour deux", c'est que je suis ses bras. Et je pense pour deux, pas tout mais souvent pour le quotidien.
– M. Drucker : En lisant ce livre, on voit que la charge mentale est mais il faut un mental incroyable pour commencer une carrière de champion. Vous avez battu le record de profondeur en plongée sous-marine, vous avez traversé la Manche en 13 heures et 23 minutes avec des prothèses arrières mais pas de prothèses aux bras.
capture