logo Le moteur de recherche de la télé

Vivement dimanche


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 14h20 sur France 2

capture
–  F. Huster: Moi aucun carje ne pense pas que Corneille ou qui que est comédien, c'est un peu comme pour les cinéastes et les musiciens, il y a un solfège de l'interprétation, c'est-à-dire que tu n'interprètes pas du Beethoven comme du Chopin ou du Mozart, tu ne filmes pas pareillement quand tu es Lelouch, Spielberg ou Hitchcock, et il se trouve que quand tu interprètes du Molière il y a une respiration du texte. Et comme j'ai pu interpréter à la fois "Le Cid" de Corneille et beaucoup de pièces de Molière...
– F. Ferrand : Il faudrait voir les comédies de Corneille, pas ses tragédies.
capture
– F. Huster : Justement, dans les comédies de Corneille ce n'est pas la même respiration du texte. Ce n'est pas pareil de dire, par exemple, pour Molière: "Laissez-moi... Je vous prie", il y a deux choses. Alors que dans Corneille c'est: "Percé jusques au fond du coeur d'une atteinte imprévue"... Mais ce que je voulais dire comme anecdote, c'est qu'il ne faut pas oublier que la Comédie-Française, au moment de la Révolution, on les a tous arrêtés, on les a emprisonnés à la Conciergerie et on a décidé de les décapiter. Et il y avait un homme, c'est pour ça qu'on ne peut pas parler de la Comédie-Française sans parler de Labussière, qui, quand il recevait Et au bout de 11 fois, Robespierre a été assassiné et la Comédie-Française a été libérée.
– F. Ferrand : Quand il recevait les actes d'accusation, il les déchirait en lamelles et il les avalait, c'est extraordinaire.
– F. Huster : C'est pour ça qu'à la Comédie-Française, juste avant d'entrer sur scène, tu as le portrait de Labussière et tu dois le saluer. Peut-être qu'un jour il y aura le portrait de Claude avant de faire
– M. Drucker : Claude, de tous les acteurs que tu as filmés, le plus "théâtreux" c'est lui...
capture