logo Le moteur de recherche de la télé

Islam


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 8h50 sur France 2

– En réalité, non. Sur une règle du mariage, le malékisme est le plus conservateur de tous les madhabs réunis. le mariage d'une femme, d'une jeune femme, qui n'a jamais été mariée, donc, une femme vierge, le père peut marier, peut forcer, contraindre une jeune femme à se marier avec l'homme de son choix à lui. C'est la seule école qui permet ce genre de choses alors que dans le hadith, ça n'existe pas, il n'y a pas un hadith ou une tradition prophétique qui permet cela. C'est la contrainte. Le malékisme reconnaît ça à l'encontre de la Sunna. On a beaucoup d'exemples. Les docteurs de la loi, les oulémas n'ont jamais considéré qu'ils étaient obligés par un hadith parce qu'il figurait chez Boukhari. Un hadith ne les obligeait que parce qu'il s'insérait dont ils étaient dépendants.
– A quoi attribuez-vous ce retour à des dogmes qui parfois ne sont même pas existants, qu'est-ce qui se passe ?
– Il faut revenir dans le contexte de la fin du 19e siècle où des études orientalistes ont déjà vu le jour sous l'impulsion de personnes comme Ignaz Goldziher, elles s'attaquent au patrimoine religieux musulman, le Coran et surtout à l'époque, la tradition prophétique.undefined
On a chez les auteurs musulmans un théologien issu de Al-Azhar qui s'appelle Mahmud Abu Rayya, qui publie deux ouvrages dont l'un des deux a pour titre "Shaykh al-Mudira", en référence... Le shaykh al-mudira qui est un plat qu'appréciait Abu Hureyra, le transmetteur de hadiths et Mahmud Abu Rayya, ici, sonne une charge très forte contre Abu Hureyra en remettant en cause la fiabilité du personnage. Nous sommes aussi dans le contexte de la fin de l'empire ottoman donc se pose un ensemble de questions aux musulmans sur leur identité post-califale. Et c'est dans ce contexte-là que l'on voit émerger plusieurs choses. Il y a tout d'abord le salafisme wahhabite de l'école de Ibn Abdelwahhab, qui commence à prendre du terrain dans les sociétés musulmanes. Notamment par la jonction qui est faite en Egypte par Rashid Rida avec trois pôles : il y a le pôle égyptien, il y a un pôle au Maghreb et il y a un pôle qui voit le jour avec des savants indiens qui se spécialisent dans le hadith à la suite de ce mouvement de vivification Shah Waliyullah Ad-Dahlawi.