logo Le moteur de recherche de la télé

Islam


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 8h50 sur France 2

– Il y a une dimension à rappeler, et les partisans du hadith dès le 10e siècle le rappelaient, ils aimaient le rappeler, il y a beaucoup de choses en islam qui seraient impensables sans le hadith, par exemple, la circoncision, dans le Coran, vous ne la trouverez pas. La légitimité de la circoncision est basée sur le hadith. C'est une prescription parce qu'il n'y a pas de possibilité d'être musulman sans être circoncis. Il y a eu une dispense accordée pour les gens qui se convertissent âgés, mais quand on est enfant, on passe par la circoncision. Il y a aussi le nombre de prières. Il y a 5 prières en islam, dans le Coran, il n'y a que 3 prières qui sont évoquées et elles sont évoquées séparément. Le hadith sur les 5 prières est un hadith célèbre, lié à l'ascension du Prophète dans le ciel. Il y a toutes sortes de choses, comme les rites du pèlerinage, qui sont principalement fondées sur le hadith. Le jeûne du ramadan, c'est principalement fondé enlever le hadith à l'islam, c'est lui enlever les deux tiers de son squelette. Donc, le hadith occupe une place fondamentale et de ce point de vue, c'est pas surprenant si on en vient à sacraliser
– Ces corpus vont subir sûrement des modifications ou des interprétations lorsque l'islam va déborder son espace d'origine pour aller à la rencontre d'autres cultures, persane, turque. Est-ce que ces civilisations ont apporté une nouvelle lecture ou réinterprété cette Sunna ? Omero Marongiu.
– C'est un point épineux, car une grande partie, voire une majorité des recueils de tradition prophétique sont l'élaboration de personnes postérieures de plusieurs siècles à la révélation coranique, donc à la vie du Prophète et qui ne sont pas de tradition arabe ou qui ne sont pas dans des pays du monde arabe. Ces personnes s'approprient une histoire pour ne pas dire reconstituent une histoire, c'est un travail d'archéologie qui est fait ici, donc, se pose la question du matériau qui est restitué. Par exemple, si on part du principe que les recueils de hadiths sont la transcription des paroles du Prophète in extenso, les paroles elles-mêmes du Prophète, se pose la question de la divergence à travers toutes les versions d'un seul hadith.