logo Le moteur de recherche de la télé

Islam


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 8h50 sur France 2

– Il y a une histoire à cela qui a déjà été rappelée en grande partie par Hocine Benkheira, avec cette distinction et islam chiite. Cette sacralité n'existe pas en tant que telle dans l'islam chiite, même s'il y a 4 principaux recueils de tradition prophétique. Pour être très précis pour nos téléspectateurs, pour avoir un ordre de grandeur, les premiers compilateurs de hadiths ont recensé quelques centaines de propos du Prophète, on en trouve environ 300 dans le Muwatta de l'imam Malik, le premier recueil élaboré à la fin du 1er siècle, au début du 2e siècle. Un siècle plus tard, on en a plus de 30 000 dans le recueil de l'imam Ahmad Ibn Hanbal, fondateur du hanbalisme. Il y a une évolution, mais dans ce matériau, les savants considèrent qu'il y a environ 400 hadiths qui posent des fondements normatifs et environ 4 000 hadiths qui vont tourner autour de cela, le reste des traditions qui se trouvent dans les corpus sont des évocations des peuples passés ou vis-à-vis de Dieu. A l'époque contemporaine, la sacralité du hadith s'inscrit dans un contexte de crise identitaire chez les musulmans où il faut s'accrocher à un patrimoine et montrer une identité. Dans ce cadre, plusieurs circonstances vont donner une prééminence au hadith qui va s'appuyer sur une tradition scientifique déjà existante au Moyen Age, qui avait accordé en islam sunnite une préséance au hadith sur le Coran.
– Vous avez parlé de la constitution de la Sunna comme le produit d'une chaîne de transmission. Quel est le contenu de la Sunna ?
– Le contenu des compilations de hadiths est très divers. Je pourrais vous reprendre... Par exemple, chez Boukhari, il y a beaucoup d'ouvrages, une cinquantaine, l'ouvrage même est coupé en 50 chapitres, il va dans des détails pointus, par exemple, il n'y a pas un livre de la prière, il y a le livre de l'appel à la prière, de la prière du vendredi, le livre des mosquées, etc. Il va dans les détails. La partie normative concerne principalement le culte d'une part, et d'autre part, les affaires entre les hommes, le mariage, le commerce, etc.