logo Le moteur de recherche de la télé

Nagarjuna, gardien de l'’authentique dharma de Bouddha

Sagesses bouddhistes


diffusion le dimanche 14 avril 2019 à 8h35 sur France 2

– Ça peut être le cas et ça n'a pas échappé d'ailleurs à Nagarjuna. C'est pourquoi il dit: "La vacuité, c'est un remède. "Ceux qui en font une théorie "sont incurables". C'est-à-dire : la vacuité, c'est un remède à l'attachement. L'attachement qui résulte d'une conception fausse des phénomènes. Mais ceux qui reviennent à la vacuité en l'appréhendant en tant que concept retournent à la pensée conceptuelle au lieu de lâcher prise d'avec la pensée conceptuelle, ce que cherche à provoquer Nagarjuna. Si on prend, par exemple, l'exemple du Bouddha, le Bouddha... il sort de son palais, il rencontre un vieillard, puis un cadavre qui jonchait le bord de la route. Et tout de suite, le Bouddha comprend. Il comprend qu'il faut lâcher prise d'avec les attachements. Il comprend que la vie humaine en tant que telle n'a pas de substance et que si on s'attache, on va de souffrance en souffrance, de frustration en frustration, et immédiatement, le Bouddha lâche prise et il en résulte pour lui le début de la quête, de la quête du non-attachement. Et en fait, ce que veut... ce que veut Nagarjuna, c'est qu'on en revienne exactement à cette expérience fondatrice. C'est-à-dire qu'on comprenne que les phénomènes n'ont pas de substance et que s'attacher à eux, c'est se condamner à dukkha, à la souffrance, à la frustration.
– Alors, ne pas s'attacher aux phénomènes, comprendre qu'ils n'existent pas : n'y a-t-il pas une confusion possible à se rapprocher du nihilisme ?
– En fait, il y a une différence très nette entre le nihilisme et la conception de la vacuité. Premièrement, parce que ne nie pas qu'à un certain niveau, existent bel et bien. Si on revient à notre exemple de l'arbre, le bois dont est constitué l'arbre, on peut s'en servir pour se chauffer, on peut s'en servir pour faire des bains. Donc, il y a bien une existence de l'arbre, mais ce n'est pas une existence substantielle. Deuxièmement, on ne peut pas non plus dire de la vacuité, enfin, l'assimiler au nihilisme parce que le nihilisme se base sur une pensée conceptuelle. Alors que dans il s'agit précisément de lâcher prise de toute pensée conceptuelle.