logo Le moteur de recherche de la télé

Le 12.45


diffusion le dimanche 17 mars 2019 à 12h45 sur M6

capture
– Au risque d'ailleurs de tuer. On l'a vu avec l'incendie qui s'est produit ce matin. Beaucoup de choses ont été faites depuis novembre. Très clairement, la journée d'aujourd'hui montre que sur ce sujet-là, nous n'y sommes pas. Doncje veux qu'on analyse précisément les choses. Et que dans les meilleurs délais, on puisse prendre des décisions fortes, complémentaires, pour que cela n'advienne plus.
capture
– Mais avant de rentrer à Paris, Emmanuel Macron était au ski à La Mongie dans les Pyrénées. Un séjour critiqué par l'opposition. "c'est une fausse polémique", a dénoncé le porte-parole du gouvernement. Il a affirmé que le chef de l'Etat était évidemment informé minute par minute. Et plus généralement, c'est l'impuissance de l'Etat à faire respecter l'ordre qui a été pointée du doigt.
Quelques chiffres pour mieux cerner la journée d'hier. Selon le ministère de l'Intérieur, 10 000 manifestants. Les forces de sécurité se sont retrouvées débordées par la violence et la détermination des manifestants. Certains policiers ont été pris à partie et mis en difficulté. Y a-t-il eu défaillance? Mauvaise anticipation de l'ampleur de la mobilisation en ce samedi?
– Pris pour cible, mis à terre, et roué de coups par une foule hors de Ce policier en perd même son casque. D'autres, en voiture, doivent faire marche arrière, puis demi-tour, pour Hier, à Paris, les forces de l'ordre ont souvent parues dépassées, acculées. Pavés contre gaz lacrymogènes et canons à eau. Insuffisant pour éviter les dégâts matériels.
Un regain de violence inédit depuis décembre, qui pose question. Le dispositif policier était-il suffisant? 5 000 forces de l'ordre, pour le double de manifestants, dont 1 500 casseurs, selon le ministère de l'Intérieur. Sur le papier, un rapport de force en faveur de la police. Mais selon ce syndicaliste, de trop nombreux policiers étaient mal employés.
capture