logo Le moteur de recherche de la télé

C l'hebdo


diffusion le dimanche 17 mars 2019 à 12h35 sur France 5

capture
– Lui, il est encore dans son ventre. Et elle, elle réalise que c'est pour aujourd'hui.
– Ali Baddou : C'est un extrait qui en dit long. Les images sont magnifiques, mais c'est aussi l'histoire d'une femelle renne qui ne sait plus ni où ni quand accoucher à cause du dérèglement climatique.
– Guillaume Maidatchevsky : C'est un moment qui, pour nous, a été très fort. Ce film n'est pas un film moralisateur. Ily en a qui le font très bien. Moi, mon métier, c'est d'abord d'émerveiller. A partir du moment où l'on est émerveillé, je pense que là, on aura envie de protéger. Je suis peut-être un grand na' l'f, mais je le revendique.
capture
– Ali Baddou : C'est une des raisons pour lesquelles on a voulu vous réunir. Vous êtes tous les 3 documentaristes et concernés par la question écologique. Ce qui est frappant, c'est que vous, Claire Nouvian, vous avez un discours où vous parliez de la catastrophe, comme tout à l'heure en nous disant : "On va dans le mur, on sait comment, on sait à vitesse on y va. La catastrophe est imminente, il faut à tout prix réagir". Evitons d'être comme les passagers du Titanic. Vous, vous avez la démarche inverse dans ce film.
– Guillaume Maidatchevsky : Nous avons chacun notre rôle. C'est parfait. On ne se marche pas sur les pieds. Moi, je travaille avec l'émotion. Ce film, quand on va au cinéma... Là où c'est super, c'est que j'ai fait beaucoup d'avant-premières et souvent, dans les films pour enfants, les enfants prennent du plaisir, mais pas les adultes. Moi, je voudrais qu'à travers "A' l'Io", les 2 se retrouvent. Vous allez au cinéma en famille et après, parlez-en entre vous.
– Ali Baddou : Les grands enfants de "C l'hebdo" en ont beaucoup parlé. On veut tous adopter une hermine, mais je crois que ce n'est pas recommandé.
– Guillaume Maidatchevsky : Ce n'est pas
– Emilie Tran Nguyen : Cela fait 180kg pour un mâle adulte, une taille moyenne de 1m30. C'est impressionnant quand on est à quelques mètres. Et pourtant, ils se laissent approcher. Ce ne sont pas des animaux craintifs?
– Guillaume Maidatchevsky : Non. Il reste très peu de rennes sauvages en Laponie.
capture