logo Le moteur de recherche de la télé

Rencontre : Diane Scherer

Silence, ça pousse !


diffusion le dimanche 17 mars 2019 à 8h00 sur France 5

– C'est la section de notre traverse. Je l'ai séparé en 2. J'ai dessiné des diagonales pour avoir les milieux. Ça va me servir à marquer l'endroit où je vais faire des trous. Ça va me servir partout, de manière à ce que les trous soient en face.
– On va voir si ça marche.
– Je passe par-dessus la barrière.
– On passe au noisetier !
– Ce n'est pas mal !
– Je suis content.
– Il ne fallait pas douter.
– C'est gentil. On y va, on met nos lices ?
– Trop bien ! Franchement, c'est trop beau.
– C'est beau, hein ?
– J'adore !
– Merci. Je reviendrai plus tard.
– A vous de vous y mettre. Et toi, Stéphane, où tu vas continuer ?
– Je vais faire le tour du jardin ! Non, c'est bien.
– On ne s'en lasse pas.
– Si j'avais laissé dépasser mes chevilles, j'aurais mis la même traverse, un autre poteau...
– Là, tu es un peu gêné !
– Non, mais si tu veux faire une clôture, il faut juste laisser dépasser les chevilles.
– Grande transformation, à présent, dans la visite qui va suivre. Nous partons au jardin de Roscoff. C'était une décharge maraîchère, et maintenant, c'est un jardin.
– Dans la pointe nord de la Bretagne, Roscoff abrite une formidable histoire d'acclimatation. Derrière le port de plaisance, des plantes venues de très loin composent un jardin unique, offrant des paysages qui invitent au voyage.
– Sandrine,
– Le Jardin exotique de Roscoff a démarré en 86. Il a démarré ici, au rocher. Sans lui, rien ne serait possible. Il emmagasine la chaleur la journée et la restitue la nuit. C'est grâce à lui qu'on peut avoir un jardin. par M. Person et M. Kerdilès. Ici, Tout a été nettoyé. M. Kerdilès, entre autres, a monté 40 m3 de terre à dos d'homme.
– Ily a d'abord le rocher et, peu à peu, d'autres parcelles.
– Au départ, c'était le rocher et ses alentours, Après, une parcelle de 3 500 m2 a relié le jardin. Actuellement, il fait 1,6 hectare.
– Les plantes viennent de régions bien particulières.
– 50 % de notre collection sont des plantes d'Afrique du Sud. On essaie de prendre des plantes qui viennent de latitudes identiques à la nôtre.
– Ce sont des plantes subtropicales.