logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le dimanche 17 mars 2019 à 5h25 sur France 5

–  A. de Tarlé : Anne-Laure Barral, je lisais dans "Le Monde" aujourd'hui que le président de la commission sur l'impact des énergies renouvelables disait que ce n'est pas le bon combat. Les éoliennes remplacent l'énergie nucléaire mais il n'y a aucun gain pour la planète?
– A.-L. Barral : On peut parler éternellement de remplacer les réacteurs nucléaires par des éoliennes ou des panneaux solaires. Mais ily a une partie de la loi qui dit qu'il faut faire 50% d'économies d'énergie. Tant que l'on ne s'attaque pas à cette partie-là, au chauffage qui s'en va par les fenêtres des maisons, aux véhicules qui consomment trop, aux marchandises qui voyagent par train... Tant qu'on ne se pose pas la question de la réduction de la facture énergétique puis sur la façon de piloter un nouveau système de production d'énergie avec une part de nucléaire, d'éolien et de solaire... En France, ily a quelques projets de riverains qui ont dit: "Moi, je veux laisser une planète en bon état." Tout le monde est très content d'allumer la lumière mais personne ne veut d'éoliennes, d'une centrale nucléaire ou d'un barrage à côté de chez soi. Donc, je prends ma part mais je veux choisir etje crée une société d'économie mixte. Avec l'argent gagné par la production d'électricité, on va financer des travaux pour avoir des maisons plus économes en énergie. Là, ça se passe mieux parce que les gens ont choisi le projet!
– A. de Tarlé : Vous parlez d'économies d'énergie, tout à l'heure vous disiez qu'il fallait entrer dans l'ère de la frugalité. Est-ce que l'on commence à voir émerger des communautés de gens qui se préparent à une société où on consommerait moins?
– A.-L. Barral: Le survivalisme?
– A. de Tarlé : Ily a aussi la "collapsologie"...
– A.-L. Barral : Ca, c'est ceux qui disent que le monde va s'effondrer d'un coup. Le survivalisme, c'est plutôt se préparer à aller dans le coin qui sera encore habitable sur la planète... Moi, je vois juste qu'il y a aujourd'hui des conflits d'usage sur les ressources naturelles: l'eau, l'air, le sol et ce qui pousse dessus.