logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le dimanche 17 mars 2019 à 5h25 sur France 5

– Mais vont-ils aller voter? Représentent-ils toute la jeunesse de France? Je n'en suis pas convaincu.
– C. Barbier: On voit bien la mutation que doit opérer le paysage politique pour répondre à cette demande-là. Il faut que tous les partis mettent vraiment l'écologie au coeur de leurs propositions et on voit qu'ils ont du mal à le faire. La gauche est en pleine décomposition, elle pourrait être plus allante... On voit Benoît Hamon et le PS mettre le vert en tête mais on a du mal à citer trois propositions qui incarnent cela. D'autre part, la politique française est plutôt dans l'écologie punitive. Il faudrait opérer une mutation complète pour être dans l'écologie incitative... Souvent, l'écologie politique était plus à gauche qu'écolo!
– A. de Tarlé : Pardon mais quand Yannick Jadot dit qu'il faut réconcilier l'économie de marché et l'écologie, c'est un virage?
– C. Barbier: Oui, il essaye de faire cette double mutation. Son premier acte a quand même été d'être désigné candidat à la présidentielle et de se retirer, au profit de Benoît Hamon! Il a compris que c'était une erreur, il sera candidat pour les européennes. Et il y a autre chose à faire, c'est le droit de vote à 16 ans, pour donner à cette génération la capacité de s'exprimer pour un monde du futur qui sera le sien.
– A. de Tarlé : Anne-Laure Barral, c'est émouvant de voir tous ces jeunes du monde entier qui disent: "Vous êtes aux affaires mais vous ne serez plus là quand le monde aura 2 degrés de plus..." C'est une image forte?
– A.-L. Barral : Oui car les rapports des scientifiques du GIEC parlent de 2100... Pour ceux qui sont au pouvoir, cela paraît très loin! Mais un enfant qui naît aujourd'hui sera encore là en 2100 car on vit de plus en plus vieux. Donc, lui, ilva voir ces prévisions qui paraissent lointaines. Le dernier rapport du GIEC dit que c'est dans les 2 ans qu'il faut prendre une décision.
– A. de Tarlé : Et on voit la petite Greta, qui est très sérieuse...
– A.-L. Barral : Oui, elle est toute petite, on lui donnerait 12 ans... Mais quand elle parle...