logo Le moteur de recherche de la télé

Dimanche en politique


diffusion le dimanche 17 mars 2019 à 12h10 sur France 3

capture
– Parce que je crois que le plus important c'est le Danemark, une quarantaine d'euros... Donc ce n'est pas possible. Soit on fait un Smic pour tout le monde et évidemment le nôtre va baisser, ce qui serait quand même assez compliqué...
– F. Letellier : Ce n'est pas l'idée d'En Marche...
– M. Le Pen : Alors l'autre idée, c'est de faire un Smic européen qui représente dans chacun des pays 60% du salaire médian. Le problème, c'est que ça revient exactement au même, il y aura toujours autant de différence, puisque précisément, la moyenne du coût horaire dans les différents pays va de 1 à 10. Tant qu'il y aura des différences aussi énormes, évidemment, il y aura encore du dumping. Alors le seul moyen pour régler ce problème-là, c'est de supprimer la directive détachement des travailleurs.
– F. Says : Alors les européennes 2014, vous avez fait 25%. Si cette fois-ci vous n'êtes pas en tête, ce sera un échec pour vous?
capture
– M. Le Pen : Oui, ce sera un échec, mais surtout pour tous les Français... Parce que si Emmanuel Macron arrivait en tête de cette élection, il va se sentir pousser des ailes. Et objectivement il va se dire "ça y est, je peux remettre en branle l'intégralité des réformes que je veux appliquer et qui sont des réformes qui vont passer au rabot tout notre système de protection sociale", qui vont s'attaquer aux cadres...
– F. Says : Raphaël Glucksmann, c'est un renouvellement à gauche, ce candidat?
– M. Le Pen : C'est un candidat très bobo en réalité, qui vise à parler aux bobos. Le Parti socialiste a totalement rompu avec le peuple français, il d'intérêt bobos.
– F. Says : Ça veut dire quoi "bobo" dans votre bouche?
– M. Le Pen : Ce sont les bourgeois-bohème, ceux qui ont des préoccupations qui ne sont pas celles de l'immense partie des
– F. Letellier : Visiblement, pas vos électeurs...
– M. Le Pen : Ce sont ceux qui se partagent entre Emmanuel Macron et des mouvements ou des personnalités comme Monsieur Glucksmann.
– F. Letellier : Au Parlement européen, Viktor Orban est menacé d'exclusion par le PPE. S'il est exclu, vous lui dites "bienvenue, venez siéger avec nos futurs élus"?
capture