logo Le moteur de recherche de la télé

13h15, le dimanche...


diffusion le dimanche 17 mars 2019 à 13h25 sur France 2

capture
– Dans sa vie personnelle, il demande le divorce d'un premier mariage qui n'aura pas résisté à sa vie de gendarme. Il doute et cherche des réponses dans ses lectures, dans l'histoire, Dès qu'il le peut, il vient se ressourcer dans le Morbihan, chez sa mère Nicole. Une quête constante dont peut témoigner son beau-père, Maurice, avec qui il partageait le goût des longues discussions philosophiques et historiques.
– Le dernier cadeau qu'Arnaud m'a fait... Un livre, "Napoléon par les peintres".
capture
– Il était tout content au téléphone, il m'a dit "maman, j'ai enfin trouvé un livre pour Maurice". Il n'aura pas eu le temps de le lui remettre.
– Il était curieux de tout et quand il allait sur un sujet, ce n'était pas superficiel.
Il voulait rentrer dedans et comprendre, tout comprendre, dans tous les domaines. Dans sa carrière, il n'a pas fait beaucoup de philosophie. Il avait appris que j'étais franc-maçon, je ne m'en cachais pas dans la famille, cela l'a frappé et il me demandait de lui en dire
– Maurice parraine Arnaud Beltrame, qui devient franc-maçon en 2008 et s'investira activement dans sa loge pendant une dizaine d'années. Il travaillera beaucoup sur le druidisme et sur l'histoire des templiers. Mais pour son beau-père, sa démarche était plus fondamentale.
– Le fait d'entrer en maçonnerie, au début, c'est une concentration et un travail sur soi.
Cela lui plaisait bien parce que cela lui permettait de prendre conscience de qui il était. Je crois qu'il avait envie qu'on s'aperçoive qu'il était bon, humain. Il voulait être respecté mais pas respecté parce qu'il avait des barrettes sur les épaules, respecté parce que c'était un homme qui méritait le respect, quel que soit le grade qu'il avait.
capture