logo Le moteur de recherche de la télé

Chagall, Rembrandt et la Bible

Présence protestante


diffusion le dimanche 17 mars 2019 à 10h05 sur France 2

capture
– Il s'attache au Prophète et au patriarche qu'il traite sous les traits d'homme humble et profondément humain. Comme ici, avec Abraham, qui, sous l'injonction de Dieu, s'apprête à sacrifier son propre fils.
capture
– La figure d'Abraham et les 2 peintres se concentrent sur la représentation de cet homme âgé, de cette figure, en soulignant les traits de vieillissement, la barbe, les cheveux avec un travail fouillé, mais ce qui est commun, c'est le travail sur l'expression. Et ChagaIl a très peu d'éléments pour donner l'expression, mais il y a un travail sur l'oeil et l'échange de regards avec l'ange qui est intense.
La figure d'Abraham, c'est une figure qui est collée au sol, rivée à la matérialité du geste terrible qu'il doit accomplir et en même temps, le regard va vers le ciel et vers le divin qui va arrêter son geste de sacrifice.
– Il me semble que l'Abraham de Rembrandt est à 2 doigts de trancher la gorge de son fils. Il tient la figure pour que la tête soit retournée en arrière et que la gorge soit offerte pour le sacrifice. Chez Chagall, il y a une plus grande douceur. L'Abraham de ChagaIl regarde l'ange et attend de lui une parole. C'est exactement le même moment. Chez Rembrandt, le geste, on en est sûrs, a été interrompu, mais à main forte, puisque la main puissante de l'ange a attrapé le poignet.
capture