logo Le moteur de recherche de la télé

Parcours de femmes : le bouddhisme, une voie d'optimisme

Sagesses bouddhistes


diffusion le dimanche 17 mars 2019 à 8h35 sur France 2

– C'est plus facile quand tout va bien. On peut prendre son temps. Quand on est en période de crise, en général, on manque de recul. Ça ne veut pas dire qu'on ne peut rien faire, mais si on a acquis des outils auparavant et si on a pris conscience qu'on en était capable, au lieu de se laisser désarçonner, ça permettra de garder la tête hors de l'eau.
– On peut donc commencer à s'entraîner dès le plus jeune âge, avant d'avoir des obstacles dans la vie ?
– Plus on commence jeune et mieux ça vaut. Un enfant, c'est une véritable éponge, et toutes ces réactions, il les apprend quand il est petit. Nous, les Français, nous apprenons à être râleurs. Là, ça serait presque le contraire. Au lieu d'être mécontents de ce que l'on a, il s'agirait de voir que ça dépend des points de comparaison. C'est souvent parce que nous regardons vers ceux qui auraient plus que nous que nous nous sentons mécontents. Alors que si nous voyons que nous sommes plutôt favorisés, avantagés à pas mal de points de vue, ça nous permettra de nous sentir beaucoup mieux. Quand il y a un problème, il faut regarder les choses comme elles sont. Soit il y a une solution et il faut l'appliquer, soit il n'y en a pas et il faudrait voir comment on pourrait bien vivre le moment présent.
– Vous parliez tout à l'heure de l'impatience. Il faut se concentrer sur un de ses défauts et essayer de le percevoir différemment?
– En tant que bouddhiste, il vaut mieux s'en remettre à un maître qui va être le coach spirituel et qui va nous proposer un entraînement qui nous sera parfaitement adapté. Et il y a la méditation en tant qu'outil. La méditation, ce n'est pas si compliqué. Mais prendre un moment de calme et s'observer, ça nous permettrait peut-être de mieux prendre conscience et de nos points faibles. Les deux. Si nous ne regardons que les défauts, ça va nous démoraliser. Ce n'est pas le but. Il faut les voir pour pouvoir essayer d'y remédier. Nous avons des qualités qui sont plus ou moins développées, mais nous avons des capacités. En les améliorant et en en tirant mieux parti, ça ira mieux pour nous.