logo Le moteur de recherche de la télé

Vie sauvage à Yellowstone (2/3) : Un printemps éprouvant

Grandeurs nature


diffusion le dimanche 17 mars 2019 à 7h10 sur France 2

– Il y a moins de neige et les proies sont plus rapides. Cet hiver a été particulièrement doux et les loups ont peiné à chasser. Le printemps précoce ne leur facilite pas la tâche. Le sol est déjà tapissé de végétation et les bisons adultes sont forts, bien nourris, capables de défendre leur progéniture. Les loups, quant à eux, meurent de faim. A cette époque de l'année, les meutes comptent déjà des louveteaux qui restent à l'abri dans les tanières. Leur survie dépend de la capacité des adultes à leur rapporter à manger. Le troupeau de bisons doit rester sur le qui-vive. Si le printemps précoce est mauvais signe pour les loups, pour certains rongeurs, c'est une occasion de se réjouir. Les écureuils terrestres sortent de leur terrier vers avril. Ils n'ont qu'une idée: se gaver à longueur de journée. Ils ne sortent que quelques mois par an, alors ils en profitent. Une fois l'été venu, ces prairies seront desséchées. Les herbes et les graines dont ils se nourrissent auront disparu et ils retourneront sous terre pour hiberner l'automne et l'hiver.undefined
Plus le printemps arrive tôt et plus ils ont le temps de faire des réserves. Ce coup de fouet pour leur métabolisme réveille aussi leurs instincts reproducteurs. Très vite, les adultes sont rejoints par une colonie de petits. Sous leurs airs de petites bêtes charmantes, sont cannibales. Ils mangent les membres de leur famille, morts durant l'hiver. Mais ce festin printanier ne doit pas leur faire oublier leur vigilance. Il crie. Car au printemps, les rongeurs en pleine santé sont l'alimentation de base des oiseaux de proie. Et notamment de l'un des plus grands rapaces d'Amérique du Nord, la chouette lapone. Plusieurs familles de chouettes lapones vivent dans les monts Beartooth, dans le nord-est du grand Yellowstone. Les immenses étendues de forêts épaisses constituent l'habitat idéal pour ces oiseaux. Cette famille compte 3 oisillons affamés. Ils sont déjà 3 fois plus gros qu'à leur naissance, il y a quelques semaines. Du moins, 2 d'entre eux. La plus jeune, plus petite que les autres, résiste incroyablement.