logo Le moteur de recherche de la télé

Pérou, la cité perdue de Caral


diffusion le dimanche 17 mars 2019 à 1h15 sur France 5

– Et les scientifiques ont pu faire une estimation de leur âge.
– Ils ont été fabriqués entre 3 000 et 1 800 avant Jésus-Christ.
– Ils datent donc de l'apogée de Caral. Pedro Novoa Bellota estime que la culture du coton, à cette époque, a révolutionné la technique locale du tissage.
– Comme le coton était disponible en grandes quantités, parce qu'il était cultivé, filé et tissé sur place, le secteur de la pêche a pu être plus productif.
– Des filets ont été retrouvés dans des bâtiments importants, ce qui prouve leur signification particulière pour les habitants.
– C'est le signe de l'importance de la pêche dans la conscience collective. Ils ont voulu rendre hommage à ce que la mer leur apportait.
– Pourtant, on peut s'étonner qu'une cité à l'intérieur des terres soit si liée à l'océan. Les pyramides ont livré de nouveaux indices. Les fouilles de la pyramide de la galerie ont permis d'exhumer nombre d'objets inattendus, dont les fragments d'un radeau, qui avait été une offrande religieuse. En poursuivant leurs recherches, les archéologues sont tombés sur des vestiges encore plus surprenants. Dans la grande salle, il y avait un tronc d'arbre entouré de vertèbres de baleine bleue, parfaitement disposées tout autour. Pourquoi une civilisation implantée sur un plateau désertique a-t-elle laissé des offrandes évoquant l'océan ? Bien qu'à l'écart du littoral, Caral devait compter sur les ressources marines pour sa survie. Mais dans quelle mesure ? Gabriel Prieto Burmester est un spécialiste de l'histoire maritime du Pérou.
– J'ai grandi dans un village de pêcheurs. Quand j'étais petit, je jouais avec les autres fils de pêcheurs. Avec mes copains, on passait notre temps sur la plage à aider les adultes qui préparaient leurs filets pour pêcher au large.
– Aujourd'hui, les pêcheurs utilisent toujours ces canots appelés "caballitos de totora", ou "chevaux en roseau", parfaitement adaptés à la côte péruvienne.
– C'est une invention très bien vue, parce que sa forme permet de traverser les vagues. Elles sont très hautes par ici. Et ce canot est stable pour pêcher.