logo Le moteur de recherche de la télé

Pérou, la cité perdue de Caral


diffusion le dimanche 17 mars 2019 à 1h15 sur France 5

– Leurs constructions sont provisoires et ils les laissent en partant. Là, ces structures monumentales demandent du temps, de la main-d'oeuvre, des ressources et une organisation. Donc on a bien une civilisation.
– Les Incas ont bâti le Machu Picchu au 15e siècle. Les Mayas, les pyramides de Chichen Itza au 10e siècle. Les monuments dé Caral L'enquête commence dans le temple principal. Cette pyramide est une merveille d'ingénierie. L'extérieur est fait de murs en blocs de pierres et en mortier. Ils sont soutenus par une solide base de graviers. Derrière, on trouve des filets remplis de gros cailloux. C'est ce qu'on appelle des chicras. Ils sont empilés contre les murs de soutènement pour renforcer la structure. Cette ancienne technique de construction intéresse particulièrement les chercheurs. Grâce à l'aridité du désert, les chicras sont très bien conservés. Ils ont été tressés en matière organique, roseaux ou herbes, ce qui permet d'utiliser la datation au carbone 14 pour connaître leur âge. Plinio Guillen Alarcon a décidé de les étudier.
– Les chicras ont été fabriqués avec des végétaux, ce qui nous permet de savoir de quand ils datent.
– Le résultat de la datation a surpris les scientifiques. Caral a été construit il y a près soit plusieurs millénaires avant la naissance des cultures olmèque, maya ou inca.
– Donc nous savons que c'est la plus ancienne cité des Amériques.
– C'est une découverte majeure.
– Ce site réécrit totalement ce qu'on pensait savoir sur l'apparition de la civilisation sur le continent américain.
– La datation des chicras a apporté une réponse et soulevé de nouvelles questions. ont été bâtis à la même époque que les pyramides de Gizeh, dans l'Egypte ancienne. En poursuivant l'enquête, les archéologues ont eu une autre surprise. Normalement, sur des sites aussi anciens, des fragments de poteries sont toujours exhumés. A Caral, personne n'en a trouvé.
– La poterie est l'artefact le plus courant sur un site datant de 7 ou 8 000 ans. Il s'agit de récipients pour les liquides ou la cuisine. C'est un matériau résistant qui ne se décompose pas.