logo Le moteur de recherche de la télé

Pérou, la cité perdue de Caral


diffusion le dimanche 17 mars 2019 à 1h15 sur France 5

– Pour faire vaciller une pyramide de cette taille, il faut un tremblement de terre à grande échelle.
– Daniel Sandweiss compare les mesures faites sur le site avec les autres séismes, pour avoir une estimation plus précise.
– On voit que l'épicentre des de la côte péruvienne est toujours sur une ligne le long du littoral. C'est à 30 km d'ici. Si on prend en compte l'éloignement de Caral par rapport à la côte, le séisme devait avoir une magnitude de 7,2.
– Une telle force est destructrice, surtout sur des constructions antiques.
– On peut comparer avec le séisme de Northridge, en Californie, en 1994. Il avait une magnitude de 6,7 et il a causé 40 milliards de dollars de dégâts. Ily a eu une soixantaine de morts et des centaines de blessés. Et ici, ça a dû être pire.
– Le type de dégâts constatés sur la grande pyramide correspond bien à ceux provoqués par un séisme.
– Un très bon exemple des dégâts provoqués par ce violent séisme est le mur qu'on voit ici. Le sommet a été repoussé vers l'avant et la base a reculé. Et le milieu est bombé. Sur ces murs, on a une rotation de 20 degrés. Si ça arrivait à une ville moderne, ce serait dévastateur.
– La chute de Caral pourrait être due à une catastrophe. Pourtant, David Palomino Olivos pense que les habitants n'auraient pas pris la fuite face à une menace aussi familière.
– Il est peu probable ait poussé les gens à abandonner Caral. Parce que cette civilisation avait appris à vivre avec les séismes depuis le début. Le site a été habité en continu pendant un millénaire.
– Il a pu identifier des traces de réparations sur les structures. On sait donc que les habitants sont restés et les ont consolidées en prévision du séisme suivant. Mais cela n'explique pas pourquoi la grande pyramide est endommagée. En cherchant, on a découvert que les ingénieurs de l'époque avaient compris comment minimiser les dégâts des séismes sur leurs constructions.
– On sait que la civilisation de Caral connaissait des techniques antisismiques. La structure interne des bâtiments