logo Le moteur de recherche de la télé

Journal


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 20h00 sur TF1

– Sur place, quelques musées, avec foultitude de reproductions mais pas de chefs-d'oeuvre. Alors, pour compenser, il y a bien les produits dérivés, et des habitants fiers de leur enfant chéri, et qui emprunteraient volontiers "La Joconde" pour la célébrer.
– Ça nous ferait plaisir de l'avoir ici, car c'est notre richesse.
– "La Joconde", c'est un chef-d'oeuvre inestimable. Elle serait très belle en Italie.
– Au moins pour les commémorations! Que l'on se débrouille d'une manière ou d'une autre pour la rapporter. C'est quand même Mona Lisa! Il n'y a pas plus important qu'elle. Mais bon, les Français, ce sont les Français...
– Au risque de décevoir ces habitants, aux dernières nouvelles, "La Joconde" et ses selfies ont bien l'intention de rester à Paris. Après tout, c'est peut-être ça, le secret de son léger sourire...
– A.-C.Coudray : Voilà un domaine où les Américains sont, de loin, les maîtres incontestés. Les grandes comédies musicales sont presque toutes nées à Broadway. Mais Paris commence à devenir attractive pour ces troupes d'artistes exigeantes. Pour preuve, la création pour la 1re fois de "Guys and Dolls", un immense succès écrit dans les années 50, et qui a choisi le théâtre Marigny.
– Avant chaque entrée en scène le rituel : les répétitions. La troupe de "Guys and Dolls" s'échauffe aussi la voix. Vocalises
– Pour un tel show, nous devons maîtriser 3 disciplines: le chant, la comédie et la danse. 3 métiers, en quelque sorte. Et toute la troupe maîtrise parfaitement Mais pour ça, nous devons, avant chaque spectacle, avoir 15mn d'échauffement physique et 15mn d'échauffement vocal.
– Dans la fosse, l'orchestre se prépare. Iljoue en live chaque soir. Monter un tel spectacle, monument du Broadway des années 50, est un défi. Les ballets sont millimétrés. Jean-Luc Choplin, directeur du théâtre Marigny, est allé chercher ces 20 artistes à Londres.
– On a le plus haut niveau d'excellence, et c'est ça qu'on veut donner au public, pour les faire rêver, pour les transporter à New York dans les années 50, sans avoir à prendre l'avion.
– "Guys and Dolls", c'est l'histoire d'un patron de tripot et d'un joueur qui se lancent un défi : séduire une jeune femme missionnaire. Des refrains, des voix irrésistibles. Un peu de romantisme.
– Une comédie musicale, et du swing pour faire revivre l'âge d'or de Broadway.
– A.-C.Coudray : C'est la fin de ce journal. Tout de suite, "The Voice". Très belle soirée à vous. A demain. Sous-titrage en direct : ST'50