logo Le moteur de recherche de la télé

Journal


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 13h00 sur TF1

–  Pour beaucoup, le grand débat ne répond pas à leurs demandes.
– Monsieur Macron a très bien compris ce qu'on demande, mais il ne veut pas lâcher. C'est une question de fierté personnelle. Ça n'est quand même pas difficile. On ne parle pas chinois.
– Pour cette 18e journée de mobilisation, manifestement plus forte que ces dernières semaines, aucun cortège n'avait été déclaré à la préfecture.
– A.-C.Coudray: Ces violences, les autorités les avaient anticipées. Le dispositif a d'ailleurs été renforcé. Sera-t-il suffisant? Quelle est la stratégie choisie par la préfecture de police? On fait le point.
– Ils étaient venus sécuriser Favenue l'avenue des Champs-Elysées. Soudain, ces gendarmes sont pris pour cibles par des manifestants. L'un d'entre eux tente même de sortir le conducteur. Des pavés, des projectiles... Très vite, des renforts permettent de faire reculer les casseurs. Dans la capitale, 5 O00 policiers et gendarmes sont mobilisés. Un dispositif inédit depuis décembre dernier au plus fort de la mobilisation. Car cette semaine, les lieux symboliques sont visés, comme ici l'Arc de Triomphe. Face aux pavés, camions et blindés empêchent la moindre intrusion, la moindre dégradation. Et ce canon à eau tente de disperser la foule. Les forces de l'ordre protègent aussi les lieux de pouvoir. Manifestation interdite autour de l'Elysée, du ministère de l'Intérieur et de l'Assemblée nationale aujourd'hui. Et aux portes de Paris, dès 9h ce matin, des fouilles aléatoires. Des dizaines d'interpellations ont eu lieu. Le ministère de l'Intérieur évoque des "professionnels de la casse et du désordre" venus "infiltrer les cortèges". Christophe Castaner a rejoint ce midi la préfecture de police de Paris.
– A.-C.Coudray : Et ce qui ne facilite pas la tâche aux forces de l'ordre, ce sont ces autres manifestations prévues dans la capitale. On attend une grande marche pour le climat cet après-midi. Ce matin, les forains ont commencé à occuper une partie du périphérique. Bonjour, Julien Garrel. Quelles sont leurs revendications?
– J.Garrel: Ces forains protestent contre un manque de reconnaissance du gouvernement vis-à-vis de leur profession et plus spécifiquement contre une ordonnance qui remonte à avril 2017 et qui les oblige, dorénavant, à répondre à des appels d'offres des mairies pour exercer leur profession.