logo Le moteur de recherche de la télé

Le Québec sous la neige

Echappées belles


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 20h50 sur France 5

capture
– Il rentre la tête ici, mais les épaules passent pas. Automatiquement, l'animal se fait prendre. Il faut leur montrer comment ça fonctionne, la terre. Transmettre ça à nos enfants, y a rien de plus beau. C'est une richesse qu'on a au Québec et il faut que ça continue.
– Les trappeurs ont fait la richesse du Québec qui a prospéré grâce au commerce des peaux à Montréal et à Québec: les peaux de castors, loups et coyotes dans le monde entier et transformées en manteaux de luxe. Aujourd'hui, face aux mutations des mentalités, le secteur de la fourrure est en plein renouvellement.
capture
– Je cherche des fourrures à poils longs. Ca, c'est parfait : on peut en faire des poignets. C'est ce que je voulais.
– Mariouche est styliste et elle recycle les fourrures que les Québécois ne portent plus.
– Je regarde si la peau est encore souple. Parfois, comme ici, la fourrure se défait. Malheureusement, ça va tomber en miettes, je ne peux pas prendre ce manteau. Celle-là est très souple, on peut tailler des morceaux dedans. Je peux me permettre de la prendre. Il y a énormément de trésors : ça dure entre 50 et 150 ans. Le papa offrait un manteau de fourrure à sa fille ou bien à sa femme. La plupart des familles avaient des manteaux de fourrure. Et les hommes et les enfants en portaient aussi. On est quelques millions au Québec, ça fait de la fourrure à récupérer.
– Grâce à Mariouche, ces fourrures vont retrouver une seconde vie. La marque qu'elle a fondée a le vent en poupe. Ses accessoires, manteaux, sacs ou bonnets en fourrures recyclées s'arrachent dans le monde entier. Aucun traitement chimique : la matière est très écologique, mais pour la travailler, il faut faire appel à son sens de l'imagination.
capture