logo Le moteur de recherche de la télé

C l'hebdo


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 19h00 sur France 5

capture
– Je pense que c'est un acte d'amour incroyable. Cette personne a toujours placé son travail au-dessus de tout dans sa vie. Là, tout d'un coup, elle fait ce geste-là.
– Eva Roque : Je vous posais la question non pas pour entrer dans votre vie intime, mais ce débat n'est-il pas dépassé? J'ai l'impression qu'on retourne en arrière.
A-t-on encore aujourd'hui besoin de se demander si on doit mettre sa carrière entre parenthèses parce que son mari fait une autre carrière?
capture
– Raphaël Glucksmann : Encore une fois, c'est son choix. Par féminisme, ça me pose un problème. Après, je peux comprendre sa volonté de faire en sorte qu'une matinale comme celle de France Inter, qui est écoutée massivement, ne soit pas prise dans la polémique qui va arriver aux élections européennes. Je sais ce qui se serait passé si elle ne s'était pas retirée. Je connais tout d'elle, mais je ne connais pas toujours ses véritables opinions politiques. Elle a parfois des réactions étonnantes.
– Ali Baddou : Elle ne va pas voter pour vous! En tous cas, vous entrez en politique avec des idéaux et une volonté nouvelle.
La politique, c'est aussi un univers qui a ses règles et le paysage n'est pas toujours beau. C'est une nouvelle étape dans la peopolisation de la vie politique. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner photographié dans un restaurant transformé en club. Il se retrouve en une des magazines people. On a choisi de ne pas montrer ces images. On en parle avec le reporter du service politique du Parisien Olivier Beaumont. Bonjour et bienvenue. Vous publiez "Les péchés capitaux de la politique"chez Flammarion. On va en parler. Votre journal, Le Parisien, a consacré un article à la virée nocturne de Christophe Castaner. Vous l'avez sollicité, le ministre des chaînes info. Vous avez hésité à en parler dans votre journal? Est-ce un fait politique pour vous?
– Ali Baddou : Bien sûr?
– Olivier Beaumont : Oui. D'ailleurs, Christophe Castaner n'était pas content d'être sollicité hier soir par notre journal pour réagir en disant que si Closer ou Voici révèlent cette affaire, quelque part, c'est leur histoire.
capture