logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 17h50 sur France 5

capture
– Il avait été désigné comme un des responsables politiques les plus engagés sur la question écologique. Et là, cette jeune génération qui descend dans la rue l'interpelle, de la même façon que Nicolas Hulot, en lui disant de mériter le prix qu'il a reçu...
capture
– C. Cornudet : Ce qui me frappe, c'est le message de mort, quasiment, de ces jeunes... Ily a une sorte d'impératif, d'urgence. Enormément de filles disent qu'elles ne pourront pas avoir d'enfants car elles ne veulent pas leur léguer le monde actuel. Il y a vraiment des questionnements et une gravité qui ne sont pas habituels aux adolescents. D'ailleurs, on sent que Jean-Michel Blanquer est très désarçonné par rapport à ce mouvement des jeunes. On voit bien qu'il n'a pas su comment le voir...
Lundi, il a pris en urgence la décision d'organiser des débats dans les lycées. J'ai vu un directeur d'établissement cette semaine qui passait, black-out total! On ne savait pas comment organiser cela. Et cela a été contre-productif car les élèves y ont vu une interdiction d'aller manifester, en fait... Je pense que paradoxalement, cela a fait de la publicité à cet appel à Du coup, d'autres professeurs et directeurs de lycées ont un peu Ils ont organisé des débats avec les professeurs qui voulaient bien mais ils ont surtout ouvert les portes des lycées pour que les jeunes aillent manifester.
– C. Barbier: Si le gouvernement avait été malin et audacieux, il permettre aux professeurs d'accompagner leurs élèves dans la rue, et après, on aurait fait des débats. Je pense que cela aurait été très bien perçu par les jeunes et aussi par les profs. C'était explicable à l'opinion. Là, le gouvernement a complètement manqué d'audace.
capture