logo Le moteur de recherche de la télé

Do it Yourself

Silence, ça pousse !


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 10h10 sur France 5

– Des sillons de 10 cm de profondeur, dans lesquels nous allons déposer un petit pois tous les 3 cm.
– Tu as choisi 2 pois différents. Le Bikini parce que monsieur avait envie d'aller à la plage... Et le Téléphone. Des noms marrants !
– Ben oui. Voilà.
– Pourquoi ces choix ?
– Pourquoi pas ? Le Téléphone, c'est un truc qu'on sème ici depuis des années, et le Bikini, je voulais essayer, mais voilà. Allez. Vas-y. Chacun dans sa main. Je les ai mis à tremper hier soir, la germination est engagée. C'était dans de l'eau tiède. Ils sont déjà plus mous. Faut pas les écraser. Le germe se développe.
– Une petite butte...
– Super!
– Il faut entretenir.
– A la levée des pois, il est important de passer un petit coup de binette. Leurs racines adorent être un peu aérées pour faire de l'azote, etc. Lorsqu'ils mesureront 20 cm, on va les buter.
– Dans 3 semaines, un mois. A ce moment-là, on mettra des rames si on a choisi des pois à rames.
– C'est quoi ?
– Des tuteurs. Certains ont besoin de tuteurs. C'est en fonction de ce que tu as choisi. Il faut arroser régulièrement, biner de temps en temps, et dans 3 mois, on les mangera.
– J'adore ça.
– Je sais. As-tu semé des pois pour retrouver le chemin du prochain reportage ?
– Ils ont été mangés, etje me suis retrouvé dans un endroit si rouge...
– C'est un indice. Stéphane nous emmène découvrir un lac artificiel aux couleurs surprenantes : le lac du Salagou, dans le Languedoc. Chaussez vos chaussures de rando, on vous emmène.
– Comme des cartes postales, les paysages s'offrent à nous, mais savons-nous les regarder, lire ce qu'ils disent du présent et racontent du passé ? Dans l'Hérault, le lac du Salagou reflète dans ses eaux calmes les paysages hors du commun, témoins à la fois d'une activité géologique à peine imaginable et de l'oeuvre humaine. 'On y est? Ça ferait ça, comme ça, là, et ça.
– Devant nous, un paysage à la fois sauvage et travaillé par l'homme. Sur les hauteurs, on a des plateaux qui sont très boisés. Ensuite, on a une épaisseur rouge. C'est lié à la présence de fer. Ensuite, quand on descend, on voit des parcelles cultivées, avec l'eau devant nous, en bas.