logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 5h25 sur France 5

– Ces derniers jours ont mis en évidence la responsabilité de la Première ministre. Déjà d'accepter publiquement que son accord et le no deal ne sont pas des options viables. Le but de tout ça, c'est de protéger le peuple, qui est stressé et inquiet.
– Impossible de savoir si le Brexit aura bien lieu, quand et sous quelles modalités. Alors même que la semaine était annoncée comme décisive, mardi, les députés ont une nouvelle fois rejeté l'accord de sortie négocié par T.May. Nouveau coup dur pour la Première ministre, à en perdre la voix.
– Trevor May : Je regrette profondément le vote du Parlement ce soir. Je continue à croire que la meilleure issue est de quitter l'UE de manière ordonnée avec cet accord.
– Le lendemain, mercredi, ces mêmes députés se sont prononcés contre une sortie de l'UE sans accord. Au pied de Westminster, les anti et pro-Brexit suivent cette saga politique attentivement. Le Brexit met à l'épreuve l'unité du pays et chauffe les esprits.
– Combien d'argent on a gaspillé depuis qu'on est dans l'UE?
– Ily a un bénéfice économique à rester dans l'UE.
– Donnez des chiffres!
– J'ai des chiffres! Selon les prévisions du gouvernement, le Brexit va nous coûter 2 à 8 % du PIB.
– Nouveau référendum, deal, no deal, chacun défend son propre camp.
– On pense au respect de la démocratie, aux gens qui ont voté, dont certains pour la 1re fois dans ce pays. Ils étaient 3 millions. Qu'est-ce qu'ils vont dire si on ne respecte pas leur choix?
– Ils ne savaient pas pourquoi ils votaient. La vérité, c'est que beaucoup de personnes avec qui j'ai échangé regrettent leur vote.
– Repousser le Brexit ne semble pas être une solution pour cette militante européenne de la tête aux pieds.
– Ils n'ont pas réussi à obtenir un accord en 2 ans. Alors 2 ou 3 mois de plus, ça ne fera aucune différence. Il n'y aura pas de nouvel accord.
– Bruxelles doit encore approuver cette demande. Le report du Brexit doit être validé à l'unanimité par les 27 pendant le Conseil européen, dans une semaine. Un report déjà synonyme de casse-tête.
– La question, c'est dans quelles conditions, pour quoi faire et dans quelle durée.