logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 5h25 sur France 5

– Des idées partagées par de nombreux habitants de Boston. Cet homme fait figure d'exception. Manager en recrutement, ce jeune Roumain arrivé ily a 8 ans au Royaume-Uni est aujourd'hui inquiet des conséquences du Brexit.
– De nombreux emplois vont être perdus. Les entreprises vont sans doute s'effondrer. Mais peut-être que les gens vont réaliser pourquoi c'est important d'avoir des étrangers ici. Peut-être que différentes nationalités, c'est bon pour l'économie, et peut-être que le Brexit n'arrivera pas, finalement. Il fautjuste que quelque chose se passe le plus tôt possible pour que tout le monde réalise ce qui est le mieux.
– Un Brexit qui n'arriverait pas, inimaginable pour les habitants de Boston, qui continuent d'assumer leur vote pour une sortie de l'UE. Chaque jour, dans son café, cet homme discute longuement avec ces habitués, notamment ces retraités, très remontés contre le gouvernement.
– Personne n'a été arrêté pour haute trahison.
– Quand on a voté, et on a voté pour partir, c'était un vote démocratique. Ensuite, le Parlement s'en est mêlé. C'est regrettable. Ils ont décidé de reprendre le dossier en main et d'avoir la décision finale. Ils nous ont donné ce vote puis ils l'ont repris.
– Cette femme ne supporte plus d'être stigmatisée par les anti-Brexit.
– Ils nous attaquent en permanence et nous traitent de bigots, de racistes, d'idiots. Ils disent qu'on ne comprend pas ce pour quoi on a voté. Ces gens sont très condescendants. La moitié d'entre eux n'ont même pas une meilleure éducation que moi! Pourtant, ils semblent penser que, parce qu'ils siègent au Parlement ou qu'ils sont devant une caméra, ils sont plus intelligents... C'est très insultant. Ça me met en colère.
– Ces pro-Brexit l'assurent: ils sont prêts à payer le prix d'une sortie dure du Royaume-Uni de l'UE dans un pays toujours aussi divisé sur la question.
– A.de Tarlé: Question.
– Philippe Turle : Cette dame qui parlait à la fin du reportage, j'ai l'impression d'entendre les "gilets jaunes" en France. C'est une colère grandissante d'une partie de la population qui se sent oubliée ou stigmatisée par le gouvernement.