logo Le moteur de recherche de la télé

JT, journal télé, informations

19/20 : Journal national


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 19h30 sur France 3

capture
– Ce n'est pas possible que tout le monde aille à l'université. Avec l'apprentissage, ça marche très bien: on trouve du travail.
– Ils allient leur passion pour la musique avec l'acquisition d'un métier. Nous sommes en Autriche, champions d'Europe de l'apprentissage avec l'Allemagne. Ici, dans l'usine de pianos Bosendorfer, les alternants font partie intégrante de l'équipe de fabrication depuis toujours. Florentine Muller, bonjour. Que faites-vous ici, dans cette pièce?
– Je contrôle le son du piano avant qu'il soit livré au client.
capture
– Aujourd'hui, en tant qu'apprentie, vous savez exactement comment sont fabriqués ces pianos?
– Pas encore tout à fait, je suis en train d'apprendre tout ça. Je découvre toutes les différentes étapes de la fabrication jusqu'à ce qu'ils soient terminés.
– Il faut près d'un an pour fabriquer un piano à queue et des centaines de manipulations minutieuses. Ici, il n'y a presque pas d'automatisation. La plupart des découpes sont faites à la main, comme ce chevalet sur lequel Florentine s'exerce.
– Ce qui est important, c'est que le début de ton geste soit exactement au milieu. Commence là et fais le geste en une fois, avec de l'élan. Oui, c'est tout à fait ça. L'apprentissage est un pilier traditionnel chez Bosendorfer. Le fondateur, il y a près de 190 ans, avait déjà commencé par un apprentissage. Et moi-même, je suis arrivé ici il y a 42 ans comme apprenti. Transmettre à des jeunes gens sa passion, c'est un aspect important dans notre société, en particulier dans notre branche, dans laquelle nous travaillons de manière très traditionnelle, avec l'amour du détail, de l'artisanat. C'est essentiel de former des jeunes et de les intéresser pour que notre entreprise puisse perdurer.
– Avant d'arriver ici, Florentine a étudié la musique à l'université.
– Avec un diplôme en sciences de la musique, on n'a pas de bonnes perspectives sur le marché du travail. Et avant, j'avais déjà fait un stage chez un fabricant de pianos et ça m'avait bien plu. Et je me suis dit qu'avec l'artisanat, on a quelque chose de solide dans les mains.
capture