logo Le moteur de recherche de la télé

JT, journal télé, informations

19/20 : Journal national


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 19h30 sur France 3

capture
– Symbole de richesse, le "Fouquet's" a été en grande partie incendié après avoir été mis à sac. Un peu plus tôt, nous avons rencontré ces "gilets jaunes". Ils disent ne pas avoir participé au saccage mais le comprennent. Je suis contre la casse du petit commerçant et de certaines voitures de prolos.
– Toute la journée, policiers et gendarmes ont tenté de contenir ces violences. Le drame a été évité de peu en début d'après-midi lors de l'incendie d'un établissement bancaire avec, au-dessus, des habitations. On peut voir une famille évacuée de justesse sur cette vidéo amateur.
– Il y avait des bébés, une maman avec un bébé à la fenêtre... La cage d'escalier était très enfumée. Les policiers sont quand même montés pour aller les chercher, bravo à eux!
capture
– Une recrudescence de la violence qui dérange certains "gilets jaunes" mais ils la justifient.
– A chaque fois qu'il y a de la violence comme cela, c'est la seule chose qu'ils arrivent à comprendre. Je ne suis pas violent mais il n'y a que cela. blessés ainsi que dix-sept policiers et un pompier.
– Sachez aussi que 192 personnes ont été interpellées dans la capitale.
Un chiffre communiqué par la préfecture de police de Paris. Face à l'ampleur des violences, Edouard Philippe a quitté Matignon Le Premier ministre, aux côtés du ministre de l'Intérieur, a tenu à remercier les policiers, les gendarmes, les pompiers. Il a également affiché sa fermeté en mettant en cause ceux qui se rendent complices de tels actes...
– Ce que nous voyons aujourd'hui doit laisser à penser à tous ceux qui excusent, qui encouragent ces actes. En les excusant ou en les encourageant, ils s'en rendent complices. Encore une fois, force restera à la loi et restera toujours à la loi,
– Et on apprend qu'Emmanuel Macron, qui était en week-end dans la station pyrénéenne de La Mongie avec son épouse, a décidé de rentrer ce soir à Paris. Sur les Champs-Elysées, Muriel Gensse. Pourquoi la situation a-t-elle dégénéré aussi longtemps?
– M. Gensse : Ce que je peux vous dire, c'est que les forces de l'ordre sont toujours en train de disperser les manifestants.
capture