logo Le moteur de recherche de la télé

Depuis Bordeaux

On a la solution


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 10h50 sur France 3

capture
– Comment on fait? On a des conseils de votre part...
– On travaille avec un mécanicien du garage qui accompagne. On fait donc le travail avec un mécano. Et on peut tout faire.
– Vraiment tout? Car il y a des choses qui sont plus compliquées que d'autres.
– A part l'électronique dans les voitures, les courants de distribution qu'on prend en charge de A à Z.
Sinon, un embrayage, on peut le faire avec un adhérent. Ça prendra plus de temps mais tout le reste, l'entretien, plaquettes, disque... Les voitures arrivent beaucoup car elles passent le contrôle technique et il y a souvent une contre-visite. On a aussi des passionnés de mécanique qui viennent car ils ont envie d'entretenir leur véhicule, on a aussi des véhicules anciens Les passionnés qui ont des véhicules de collection.
capture
– Y a-t-il beaucoup de femmes?
– On a 37% de femmes qui viennent faire leurs réparations. C'est bien. On est contents, en tant que mécaniciens, d'avoir des femmes qui viennent faire de la mécanique tous les jours au garage.
– J'aimerais bien aller voir une adhérente mais juste avant, puisqu'on parle voitures, l'Institut français des technologies et des transports est à l'initiative d'un projet inédit. Ils vont imaginer la voiture de demain avec des enfants. Vous allez voir, souvent, ils sont plein de bon sens. C'est un sujet de la rédaction de Lyon.
– Imaginer le futur à bord d'un simulateur de conduite. Le défi est relevé chaque jour par des spécialistes en neurosciences. L'un des enjeux: anticiper les réactions dans les voitures sans conducteur.
– Dans le cadre du véhicule autonome, on s'interroge beaucoup sur toute les activités que les conducteurs peuvent faire lorsqu'ils seront dans le véhicule et que le véhicule sera en mode conduite déléguée. Et à ce qu'il va se passer au moment où ils devront reprendre en main le véhicule.
– A 500m de l'Institut de recherche, ils sontjustement une quinzaine à plancher sur la question.
– Il faut voir comment représenter ça.
– Des enfants de 9 à 11 ans sont consultés par des scientifiques pour proposer des idées en cas d'urgence dans une voiture autonome.
capture