logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 7h00 sur France 2

– En tout cas, ce sont des gens extraordinaires, et je crois que se remettre au jardin, c'est reprendre de vraies racines, se couper un peu du numérique.
– Laurent Bignolas : Elle a bien fait de faire du bruit, Sylvie, j'allais presque l'oublier.
– S.Adigard: Sûrement pas!
– Laurent Bignolas : J'ai pourtant une chose à vous demander et de faire la lumière sur les icônes du design. On parle de luminaires qui datent d'une certaine époque que les moins de 20 ans, forcément, ne peuvent pas connaître. Ça date des années 50. C'est signé Serge Mouille.
– S.Adigard: Oui. Les moins de 20 ans connaissent aussi s'ils sont intéressés du design. C'est une des pièces phares. Vous l'avez forcément croisé dans votre vie.
– Laurent Bignolas : Elle est convaincante, elle sait parler aux jeunes. J'adore les jeunes. On ne recommence pas avec ça. L'histoire de ce luminaire, c'est d'abord l'histoire d'un créateur. Serge Mouille est né à Paris en 1922. Il est très doué pour le dessin, donc il intègre à 13 ans l'atelier d'orfèvrerie de l'Ecole des arts appliqués. C'est le 1er élève de cet âge-là. C'est un surdoué, comme on dit. Il se spécialise vraiment dans le travail du métal et fait son apprentissage ensuite, en même temps que sa formation, chez le grand sculpteur Gabriel Lacroix. Qui, vraiment, fera de lui le maître dans l'art de modeler le métal au marteau, une spécificité. Serge Mouille ouvre son atelier après la guerre. En parallèle, il transmet déjà son art. Lui aussi, il est enseignant. Dans ces métiers-là, je le rappelle, la transmission, la main, l'intelligence de la main, c'est hyper important.
– Laurent Bignolas : C'est un beau documentaire, d'ailleurs.
– S.Adigard: Oui, un beau documentaire à faire.
– Laurent Bignolas : Il a été fait, déjà.
– S.Adigard: J'en referai un. Serge Mouille crée son luminaire iconique en 1953. Il s'appelle le lampadaire MFL 3. Pourquoi c'est iconique? Parce que ce sont des formes organiques. C'est hyper simple, hyper dessiné et en même temps, Ça rappelle le corps de la femme. Parce que Serge Mouille...
– Laurent Bignolas : C'est presque du Salvador Dali, là.