logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 7h00 sur France 2

–  Il faudra mettre un Velux dans notre chambre, je pense.
– Une expérience inspirante pour Francine et Philippe. Ce concept de bulles de sommeil s'exporte désormais à travers le monde, en Europe, en Afrique, comme en Asie.
– Laurent Bignolas : Quels marchands de sable! Merci beaucoup, Sylvain et à bientôt. Retour chez nous avec Christelle Ballestrero. On va s'intéresser aux nuits des Français. Force est de constater que nous sommes de très mauvais dormeurs.
– C.Ballestrero: Oui, absolument. Les Français sont surendettés. Une dette de sommeil qui se creuse nuit après nuit, année après année et qui court toute une vie. 20% des adultes dans notre pays s'endettent chaque nuit de plus de 90mn de sommeil, ce qui correspond chaque année à 1 mois et demi de capital-sommeil en moins. En cause, notre mode de vie, qui ne respecte plus nos besoins physiologiques.
– Laurent Bignolas : Chiffres impressionnants. C'est énorme, en effet. Donc nous ne dormez pas assez et en plus, je crois que nous avons la fâcheuse tendance à abuser des somnifères.
– C.Ballestrero: C'est bien connu. Là encore, la situation française n'est pas exemplaire, bien au contraire. Nous nous situons au 2e rang de la consommation européenne des somnifères. Alors certes, derrière l'Espagne, mais très loin devant l'Allemagne, le Royaume-Uni ou encore le Danemark. La consommation régulière de psychotropes, dont les somnifères, concerne 18% Une petite note positive quand même pour ce matin, c'est vrai que cette consommation diminue de façon drastique depuis ces dernières années.
– Laurent Bignolas : Oui, mais ce manque de sommeil, j'en suis sûr, a des répercussions plutôt sérieuses sur la santé.
– C.Ballestrero: Absolument. On peut parler de santé psychique et physique. On sait que le manque de sommeil fait le lit de nombreuses maladies chroniques. On parle de maladies cardio-vasculaires, d'obésité, de cancer, mais aussi de dépression et de maladies neuro-dégénératives, ou la maladie d'Alzheimer. En fait, quand nous dormons, nous permettons à tout notre corps d'entreprendre des travaux de maintenance.