logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 7h00 sur France 2

–  F.Zeitoun: En tout cas, ce que l'on a entendu, c'est Pascal Obispo. "Chante la rue chante", à ne pas confondre avec "Chante la vie chante"de Michel Fugain.
– Laurent Bignolas : Ça sent le printemps aussi. Est-ce une révolution?
– Frédéric Zeitoun : Une révolte, en tout cas. "Chante, la rue chante", lorsque Pierre-Yves Lebert a apporté ce texte à Pascal Obispo qui l'a mis...
– Laurent Bignolas : C'est rigolo que ce ne soit pas un texte de Pascal Obispo.
– Frédéric Zeitoun : Non, c'est Pierre-Yves Lebert, auteur de talent, qui a bossé pour Maurane ou Johnny Hallyday, notamment. Les Gilets jaunes, on n'en parlait pas, quand il a écrit ça il y a plusieurs mois. C'est dans l'ère du temps encore une fois. Les chansons sont le reflet sociologique parfait d'une époque. Là, elle illustre ce qui s'est passé dernièrement socialement. Le public a adhéré à Pascal Obispo depuis 25 ans. Nouvel album, 3e album en 5 ans. Cet album est très rock. Il a été nourri à ça. Marquis de Sade s'est reformé il y a quelque temps. Il a eu envie de revenir à ses premières amours. Vous allez voir sur scène, nous étions à la Salle Pleyel ily a 15 jours. C'était très rock. Le public l'a toujours suivi. Par contre, les médias et ses confrères n'ont pas toujours été sympas avec lui.
– Laurent Bignolas : On ne peut pas être gentil avec tout le monde.
– Frédéric Zeitoun : Effectivement. On a tous l'image de Pascal Obispo il y a quelques années moult fois nominé aux Victoires de la Musique et il est reparti avec une main devant et une main derrière. En revanche, le public est là. C'est le principal. Comment définiriez-vous l'Obispo millésime 2019?
– Il est revenu sur certains basiques avec d'abord son instrument d'adolescence, la basse. J'avais besoin de revenir à l'état d'esprit de groupe, comme quand j'étais ado.
– Frédéric Zeitoun : 3 albums en 5 ans. Vous êtes tout sauf un créateur paresseux.
– J'ai l'impression que ce n'est pas assez quand on est un créateur. Quand on aime la musique, on produit sans arrêt. On fait des chansons. C'est notre façon de nous échapper de notre quotidien. C'est un exutoire, une forme de thérapie.