logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 7h00 sur France 2

– Ce sont des pièces assez rares, maintenant, parce qu'on les a assez malmenées. Aux Etats-Unis, pendant la Prohibition, on les détruisait à grands coups de marteau. En France, il y a cette interdiction administrative en 1937 qui met fin à tous les jeux d'argent dans les espaces publics. Elles sont mises hors service ou elles sont confisquées. Vous allez voir, heureusement que Sébastien est là. Il les chine, il les restaure et il les préserve.
– C'est un univers un peu particulier. C'est un univers de choses qui ont une place hyper importante dans la vie quotidienne des gens qui allaient au bistrot jusque dans les années 30 et 40. Un bistrot, c'était un lieu de vie. Toutes ces machines que j'avais, elles ont un vécu. Ce qui m'intéresse, c'est de les remettre en fonction, de les redécouvrir. Les fabricants de roulettes, ils attachent une importance à l'esthétique de la machine. Celle-ci, c'est la roulette serpent du fabricant Bourdesse, du début du siècle.undefined
On retrouve toujours des cerclages en aluminium, très travaillés, très sculptés et des frontons très jolis. Il y a des très belles mécaniques. Tout ce système était fait dans un alliage qui ne résistait pas dans le temps. Il a fallu tout refaire, tout réusiner. Je refais des planches, j'essaie de retrouver, j'ai des amis vendeurs qui me fabriquent des pièces et j'arrive à restaurer ces fameuses machines. On mise sur une couleur et il y avait un disque qui tournait une figurine qui allait arrêter ce disque. Souvent, c'était des figurines qui étaient un peu connues à l'époque. On retrouve dans les années 30 Joséphine Baker On retrouve la fameuse roulette Johnson qui est l'une des plus grosses réussites de roulettes. C'était le champion du monde de boxe en 1907. Il y avait un petit côté attrayant à cette machine et ça donnait aux gens envie d'y jouer. Parmi les fabricants de machines, il y en a un que j'apprécie particulièrement, c'est le fabricant Bussoz. C'était des mécaniques vraiment très complexes mais très fiables. Encore aujourd'hui, 100 ans après, voire plus, on met une pièce et ça fonctionne du tonnerre.