logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 7h00 sur France 2

– Je me suis demandé si, dans votre précédente vie de publicitaire, vous étiez aussi
– Les gens disaient que j'étais assez marrant. Je suis un peu le clown de l'entreprise. A la fin, je pense que j'étais payé pour ça. Le jour de la mort de Charles Aznavour, j'ai dit que c'était triste. Mais tout le monde disait: "Quelle perte!"A 94 ans, il a fait ce qu'il avait à faire. Belle vie. Et c'est un personnage controversé. Il avait beaucoup de problèmes avec les impôts. Il meurt juste avant le prélèvement à la source.
– D.Thévenot: On peut rire de tout? Vaste question. Vous allez très loin sur scène. J'adore ce type d'humour, très caustique.
– Bien sûr, que l'on peut rire de tout. On peut rire de tout. Il y a une façon de le faire. Quand on a des sujets compliqués, il faut le faire de façon intelligente. Je suis d'accord avec vous, le scandale Volkswagen, on en a peut-être fait beaucoup. Des Allemands, des gaz toxiques...undefined
"Inflammable", c'est le titre du spectacle. Il est bien, non? Je trouve. Il est raccord. Par rapport au fait que moi-même, je suis d'obédience judaïque, comme on dit. Combustible. Donc voilà... Je ne fais pas des blagues pour choquer exprès ou pour blesser les gens. Mais je ne suis pas d'accord avec ceux qui disent qu'il ne faut blesser personne. A un moment, on va blesser les gens. Si vous n'avez jamais vu un juif, c'est ça. Après, il y a toute une gamme. Je n'ai pas toutes les options. Je suis un peu la Dacia du judaïsme. Il faut prendre ce risque-là. On va blesser des gens, peut-être parce qu'ils ne comprennent pas que c'est de l'humour, et parfois, on n'est pas d'accord sur certaines choses. On fait une blague et les gens vont vous dire qu'ils ne sont pas d'accord. Il y a des réformes en Arabie saoudite. Va dire ça au journaliste, Jamal Khashoggi, le mec qui a été débité à la scie sauteuse dans l'ambassade saoudienne. Ils ont fait un saucisson "hallal", juste parce qu'il demandait un passeport. On peut dire ce qu'on veut sur l'administration française, mais quand tu ressors de la préfecture, tu es entier.