logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 1h34 sur TF1

– Je me suis occupé du démenti, il faut attendre les retours. Je vais essayer de dégoter une interview télé.
– Ça devrait s'arranger.
– Cette rumeur, c'est vraiment la merde.
– T'inquiète pas, on a publié un démenti.
– Les scandales, c'est jamais bon. Démenti ou pas, des chansons pompées, c'est pas une bonne pub.
– C'est n'importe quoi ! Tu crois ces conneries ?
– Je vais être franc. J'étais fan de Shirley et en finale, j'ai voté pour Arturo. Mais chacun ses goûts. L'important, c'est mon business. Et là, ça pue.
– Tu m'aimes pas ? Je m'en fous. Mais cette rumeur, c'est débile.
– Il n'y a pas de fumée sans feu.
– Pense ce que tu veux. T'es sous contrat avec la production. Tu dois organiser le concert du vainqueur, et c'est Matthieu. J'ai démenti l'histoire, donc le concert aura lieu.
– J'étais dégoûté. Je passais pour un escroc artistique et le directeur de la salle n'aimait pas ma musique. J'étais un battant, j'allais donner ce concert et prouver qui j'étais. Il suffisait d'attendre que la rumeur disparaisse vite.
– Le lendemain, Matthieu allait devoir se rendre à l'évidence : la rumeur faisait
– Je me laisserai pas abattre. On en est où des résas ?
– Je dois voir ça avec Johnny. Je m'occupe du bad buzz.
– Ça alors, une assistante de l'émission m'a dit que certains candidats étaient furieux. Ils parlent de tricherie. Ils contestent les résultats.
– L'un d'eux a pu me balancer.
– Non, ils l'auraient fait avant. Et on ne pourra jamais rien prouver. Il faut faire le concert. Si ça cartonne, on est sauvés.
– Mais la "bad news", c'est que... Certaines personnes disent que... C'est qu'une rumeur, mais...
– Mais quoi ?
– Johnny envisagerait de te remplacer par un autre candidat. Il ne m'aime pas, c'est son droit, mais il ne peut pas faire ça. On a un contrat.
– Faut se calmer. Tu dois rencontrer ton public pour te défendre. La sincérité, ça paye.
– On a l'émission de télé ? La Coupe du monde phagocyte tout.
– Ils vont t'oublier.
– Tu parles. Ils reviendront vite sur nous.
– Quant à Johnny, je m'en occupe. S'il pose problème, je lui envoie nos avocats.