logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 1h34 sur TF1

– Et c'est pas ce que je pense. Mais malheureusement, ont un problème avec la différence.
– Sois prudente. Quand Jules est avec les médecins, tu le laisses se débrouiller.
– Tu sais que je le ferai pas.
– Si on te reconnaît, on est cuits.
– T'as toujours eu de la chance. C'est pas ce que t'as dit ? Mais là, c'est toi qui prends les risques. Appelle quand tu veux. Autant de fois que tu veux.
– T'inquiète. Allez, cou rage.
– T'as fait ce qu'il fallait.
– J'ai longuement parlé avec Arnaud, hier. Il m'a dit des choses qui m'ont effrayée. Pourquoi j'aurais fait ça ? Vous aviez une vie super, un boulot, vous avez tout lâché. Vous êtes arrivée ici, il dit qu'il vous a trompée, il vous quitte, c'est dur, quand même.
– Peut-être pas tout de suite,
– Tout est faux chez vous. Même votre sourire, j'y crois pas.
– Là, j'ai bien compris que vous ne m'aimiez pas.
– Ça va ? qu'une personne transgenre soigne leurs enfants.
– C'est chaud. Ils demandent ton renvoi. Je te lâcherai pas. Vous avez les faux papiers ?
– Oui. Et une fausse carte vitale.
– Bien, je m'occupe de l'admission.
– Je confirme que tu as bien une appendicite. Stade très avancé. Comment t'as fait pour tenir ?
– C'est ma mère. Les parents signent une pétition contre Guého.
– Pour la faire virer ?
– C'est dégueulasse.
– C'est bien fait. L'autre jour, elle a voulu me peloter.
– Qu'est-ce que tu racontes ?
– Après mon claquage, elle a voulu me frotter la jambe.
– Non, elle t'a massé.
– Elle m'a frotté la jambe. J'avais l'impression qu'elle voulait monter au-dessus.
– N'importe quoi. Elle voulait la toucher parce qu'elle en a plus. Ça me dégoûte. Faut être malade de se couper la teub.
– T'as rien compris à ce qu'elle a dit ?
– Son blabla ? Qu'elle est née dans le mauvais corps ?
– Ça te touche pas ?
– Bah non. Je trouve ça chelou. Je l'aime pas, cette meuf. Ou ce mec. Comment on dit ? "Mef" ? "Meuc" ? On te demande de la laisser vivre. Mme Guého ?
– Oui ?
– Je voulais juste vous dire, pour cette histoire de pétition... je trouve ça débile. Et je suis de votre côté. Je suis pas la seule.
– Merci, Jessica.