logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 1h34 sur TF1

– Ils savent pas que j'ai commencé à 15 ans, quej'ai bientôt 8 ans d'expérience. Et que, du coup, j'ai un certain vécu dans la maréchalerie.
– A Issoire, Françoise est l'une de ses premières clientes. Elle organise des spectacles équestres. Loïc doit ferrer Acadie, sa jument de 27 ans.
– Elle a deux gros spectacles, Et elle a une petite boiterie, une petite gêne. Donc, je pense que, si tu me la plaquais, elle se sentirait plus à l'aise.
– Ça marche. J'ai la forge pour chauffer les fers. Ici, j'ai tous mes outils de ferrage en double. Ici, c'est mes outils de forge, pour modifier les fers. Là, j'ai tous mes clous. Il faut être itinérant, en maréchalerie. Les gens ont des centres équestres. Maintenant, le cheval, c'est plus un métier de loisir. Alors, ma vieille, on va lever les pieds. Le pied.
– Avant de parer, il faut connaître le cheval.
– Ferrer un cheval, c'est pas faire que les pieds. Il faut faire gaffe à tout. Il faut s'adapter à son travail, à son âge, à son gabarit. Et au cavalier qui le monte. Elle est vieille, donc il faut lui faciliter le mouvement. C'est juste une question d'entraînement. Parfois, c'est long. Mais à la fin, je suis toujours avec mon camion, toujours avec les chevaux. Et voilà. Il faut répéter souvent, dans ce métier. Et plus on répète, plus c'est facile. Tburne. Encore. Voilà. Pied. Crépitement
– Loïc a fait son 1er stage chez nous. Il avait 14 ans, donc il était au collège. Il est venu une semaine travailler avec nous. Déjà, il voulait être maréchal-ferrant.
– Ce qui m'a plu, c'est le contact avec les chevaux et le fer. J'aime fabriquer mon fer orthopédique et que mon cheval reparte droit. Ou simplement de bien ferrer le cheval et qu'après, on me félicite. Juste la satisfaction des gens. Coups de marteau sur le fer Tapotis
– A Mirecourt, les élèves font leur rentrée à l'Ecole nationale de lutherie après 3 semaines de stage. En 2e année, Anaïs et ses camarades doivent réaliser un alto verni et un violon en blanc à l'état brut. le faire en une fois pour avoir l'appui à gauche et à droite. S'il y a un contrefil, on le sent venir.