logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 1h34 sur TF1

–  Pour faire venir de nouveaux clients, plusieurs fois par an, Fanny et Rudy soldent des pièces détachées.
– L'objectif, c'est de faire un point sur la casse au kilo qu'il y aura au mois de janvier.
– Au lieu de les vendre à l'unité, ils les vendent au kilo. Pour élargir la clientèle, il faut élargir l'offre.
– Il y aura encore plus de scooters. Il faut communiquer sur les pièces de caravanes.
– C'est prisé. C'est la 1re fois que l'on fait ça.
– Pour que cette casse au kilo soit une réussite, Fanny a pris rendez-vous à la radio locale. Le frère et la soeur vont se livrer à un nouvel exercice : enregistrer une publicité pour l'événement.
– Ce sont plus de 400 véhicules à démonter soi-même.
– Quand est-ce qu'a lieu cet événement ?
– Samedi 30 janvier, de 9h à 17h, à Frotey-lès-Lure.
– Rendez-vous samedi 30 janvier.
– Peut-être un peu plus de peps, un peu de sourire.
– On vient de recevoir 500 mails.
– Ce n'est pas donné à tout le monde de parler dans un micro et de faire un spot publicitaire. On se donne à fond pour l'entreprise, pour que les gens se disent qu'on fait nous-mêmes notre spot radio... C'est de la com de proximité. On est heureux de le faire.
– La casse au kilo aura lieu dans un mois.
– Quoi donc ? La casse au kilo ?
– Ce petit spot de pub va-t-il relancer les ventes de l'entreprise familiale ?
– Dans quelques instants, Fanny et Rudy sauront si leur opération marketing a fonctionné.
– Il faut être les premiers à démonter.
– En Dordogne, Michel et sa femme vont avoir une mauvaise nouvelle qui va faire basculer leur vie.
– On arrive à 5.000E de déficit.
– En Dordogne, au coeur du Périgord noir, la casse de la famille Boom existe depuis 30 ans. Elle aurait pu disparaître, mais Nathalie a décidé de racheter l'entreprise à son père. La casse repose maintenant sur ses épaules.
– Le camion aussi a froid.
– Là, elle est parée pour faire les dépannages ?
– C'est mon copilote. Quand elle était toute petite, je l'appelais "mon copilote cambouis".
– Tous les jours, c'est dans sa dépanneuse que Nathalie emmène l'une de ses 4 filles chez la nounou.