logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le samedi 16 mars 2019 à 1h34 sur TF1

– Faites comme Gérard. Portez une cravate réglisse.
– Et parmi ces jeunes talents, il y en a 2 qui deviendront ses complices de toujours.
– Le slip en acier trempé.
– C'est bien mais c'est froid !
– Didier ! qui joint l'utile à l'agréable.
– Et Pascal. Je redoutais terriblement
– Pourquoi ?
– Parce que ces sketches-là... On passait les uns après les autres. Celui qui était avant faisait un tabac. Je faisais un bide et le suivant J'aimais pas ça. Donc je voulais pas jouer. Je disais à Didier que j'allais écrire des sketches.
– C'est intéressant.
– Et Didier m'a dit que j'avais autant de talent que les autres. C'est lui, un peu comme Zabou... J'ai toujours eu besoin que quelqu'un...
– Qu'on vous prenne par la main.
– Malgré 2 années formatrices chez Philippe Bouvard, Bernard Campan et ses acolytes quittent la troupe en 1984, à la suite d'un désaccord avec l'animateur.
– Et après, galère ou pas ? Au début, on pouvait faire des petites salles de théâtre. Les gens se souvenaient de nous. Mais au bout de quelques mois, les gens nous oublient. Donc on se retrouve, au bout d'un an ou 2, en boîte de nuit à 1h du matin, à faire des sketches. Et mon pire souvenir, ça a été : un soir, on remballe nos affaires. Les grigris, les accessoires. Je porte une valise. Et en traversant la piste de danse, la valise s'ouvre.
– Et tout le monde rigole ?
– Bah,non. Mais je suis à 4 pattes. Je me dis : c'est quoi, mon métier ? Qu'est-ce que je fous là ?
– Mais c'est formateur. On continue le voyage. Et si je faisais "ta ta ta" ? Alors là, je vois 4 lascars. Vous voyez même plus que c'est mal.
– Tu connais le dicton : qui paye ses impôts vole sa famille.
– Je me souviens bien de ce jour de tournage. Ça a été super. T'es de droite, t'es de droite ! Dites-le-lui.
– On s'en cague.
– Et contre-cague.
– 2 ans après la fin des Inconnus, Bernard Campan continue sa carrière solo. Et c'est dans "Le coeur des hommes", un film populaire sur l'amitié masculine, qu'on le retrouve en 2003, avec Marc Lavoine, Jean-Pierre Darroussin et Gérard Darmon.
– C'est xénophobe. C'est de droite.